Channel Affognon : « Nous ne pouvons pas être des citoyens et ne pas nous intéresser à ce qui se passe dans notre cité »,

0
59

L’Aumônier national des cadres catholiques du Togo et premier porte-parole du mouvement Forces Vives « Espérance pour le Togo », le père Pierre Channel Affognon a confié au journal la croix Afrique être « dans la logique de la libération de son peuple ».

Au cœur d’une polémique, ce dernier s’explique et parle de « montage ».

La Croix Africa : Ces derniers jours vous avez essuyé de nombreuses critiques. L’on vous accuse, notamment d’être trop politique. Qu’en pensez-vous ?

Père Affognon : Les accusations qui circulent sur ma personne ont commencé dans les réseaux sociaux, puis sont relayées par une certaine presse. Je suis accusé, sans preuve, d’occultisme, de division et d’ingérence politique. Une montagne de mensonge a été orchestrée contre ma personne et le mouvement des Forces Vives « Espérance pour le Togo » depuis notre engagement. Des gens malintentionnés ont tenté de faire croire que nous sommes un parti politique. Je réaffirme que nous ne sommes pas un parti politique, mais plutôt un mouvement citoyen et nous relevons de la société civile. Notre engagement doit être compris dans le sens où les évêques du Togo dans leur lettre du 26 avril 2016 parlent de « faire son devoir citoyen ». Nous n’avons aucune prétention de gouverner la cité, d’être député, de nous présenter aux élections présidentielles. Je suis entièrement dans la logique de la libération de mon peuple. Et si c’est le prix à payer pour que le Togo sorte de la crise grave qu’elle traverse, alors je remercie le Seigneur.

Quelle est la mission du mouvement « Espérance pour le Togo » ?

Père Affognon : Forces Vives « Espérance pour le Togo », dont je suis l’un des porte-parole, est un mouvement citoyen constitué sous la forme d’une fédération d’organisations de la société civile togolaise le 4 septembre. Ouvert également aux adhésions individuelles dont celles de leaders religieux, ce mouvement entend fédérer les énergies pour assurer la veille citoyenne afin que les éléments positifs de la feuille de route issue des négociations entre la classe politique togolaise et la Communauté économique des États d’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) puissent être mis en œuvre pour une sortie de crise pacifique.

Nous ne pouvons pas être des citoyens et ne pas nous intéresser à ce qui se passe dans notre cité. Notre engagement citoyen vise donc à contribuer à ce que le Togo puisse sortir non seulement de la crise actuelle de façon pacifique, mais aussi puisse prendre résolument le chemin du développement durable qui permettra de réduire la misère, et de favoriser les droits fondamentaux de la personne humaine.

Pour les élections fixées au 20 décembre 2018, quelle alternative proposez-vous ?

Père Affognon : Nous demandons humblement, mais sincèrement et résolument, qu’on procède d’abord aux réformes constitutionnelles, institutionnelles et électorales, cela permettra que le processus électoral soit engagé autour de règles claires et acceptées par tous afin que les résultats soient acceptés par tous. Et je lance un appel à l’engagement pour que chacun puisse faire sa part pour une sortie heureuse de cette crise.

Recueilli par Charles Ayetan (à Lomé)

La croix

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

deux × trois =