Entrepreneuriat : Dodji Kwami Agbetoglo, un artiste sculpteur hors pair

0
58

A 29 ans, Steven, Dodji Kwami Agbetoglo à l’état civil, est un passionné de sculpture sur bois. Ce jeune réalise des dizaines de maquettes représentant la nature, les trophées, les insignes mais aussi les personnages et les jouets. Focus Infos vous propose son portrait.

Tête enturbannée, morceau de bois à la main, Steven ne laisse rien au hasard. Un dimanche matin, nous le retrouvons dans son village baptisé « Tayé Tayé », un nom très inspirant : réaliser des œuvres sur mesures, avec précisions et petit-à-petit.
Découper, polir, poncer, le quotidien de Steven
« Je travaille sur inspiration. Je ne laisse rien au hasard. Quand je passe et je vois un morceau de bois quelque part, même abandonné, je le ramasse et je viens le laisser avec moi dans mon atelier. Le jour où je trouve de l’inspiration, je me lance. La sculpture c’est quelque chose que j’ai dans le sang », explique-t-il. « Avec mes quelques machines, je découpe le bois et je le travaille le plus souvent à la main », précise-t-il.

Dans le Village Tayé Tayé situé sur le pavé du prolongement de la lagune de Bè, côté Hanoukopé et derrière la Gendarmerie nationale, Steven partage l’espace bientôt rebaptisé, « Maison Village Perle du Monde Association » avec ses autres camarades de formation entre 2000-2012 au village artisanal de Lomé. Son ambition est de doter dans les deux prochaines années, le village d’une galerie pour l’exposition de ses œuvres et réalisations. Ces dernières sont à ce jour au nombre de 600, déclare-t-il lors d’une petite séance de visite de l’atelier.
La nature en bois
Des animaux, des oiseaux, des paysages, …, Steven aime ainsi reproduire la nature, surtout des animaux sauvages. « Actuellement j’ai deux projets et les matières : il s’agit de reproduire l’éléphant pouvant être utilisé comme une table dans un bâtiment public ou encore un hippopotame également pour une table », informe-t-il.

Sur ces œuvres, « je les fais et refais jusqu’à avoir quelque chose satisfaisante », dit-il.

Il se procure sa matière première le bois, surtout le plus utilisé l’ébène et l’acacia, chez les commerçants agréés. « Par manque d’équipements, je vais dans les machines pour les découper et dimensionner suivant l’objet à réaliser ou si c’est sur commande, selon le besoin du client ».

Aujourd’hui, Steven a quelques unes de ses œuvres à Accra, au Bénin, Gabon, en Chine, dans une galerie en France et aux Etats-Unis chez des particuliers. Le reste est exposé dans son village et au village artisanal de Lomé. Il a aussi participé à certaines expositions dans la capitale et dans la sous-région. Sa grande difficulté reste l’acquisition de machines et les bonnes volontés seront les bienvenues, indique-t-il.

Contact : 00228 90 18 46 37

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × 3 =