EXONERATION DES DROITS DE DOUANE ET DE LA TVA SUR LES TERMINAUX MOBILES ET LES EQUIPEMENTS INFORMATIQUES : La reculade du gouvernement

0
205

Dans une précédente parution ( N°184), nous titrions : « Suppression  des droits de douane et de la TVA sur les équipements informatiques : réalité ou simple effet d’annonces »  Les consommateurs décideront après la décision du gouvernement de renoncer à cette exonération  annoncée en 2016 comme une mesure phare pour booster le secteur des TICs et mise en œuvre  par la loi de Finances 2017. Elle n’aura finalement duré  qu’un 1an, disparaissant  dans le budget 2018.

Pour le gouvernement, l’application de cette exonération prévue sur l’importation et la vente des terminaux mobiles et équipements informatiques,   n’a pas atteint l’objectif visé car les prix des biens assujettis n’ont pas baissé. «  Ces mesures ne profitent donc pas aux consommateurs » a justifié le commissaire du gouvernement lors du vote du budget. Bien plus, une nouvelle taxe de 5% a été instituée sur les entreprises des télécommunications, des technologies de l’information et de la communication installées au Togo. Une douche froide pour le secteur et les consommateurs.

Certes,  dans le budget précédent, il était annoncé que la mesure était adoptée pour une période de 12 mois. En outre, elle a coûté  au Trésor public la bagatelle somme de 3 milliards de FCFA ;  Par ailleurs et c’est là le principal argument avancé par le gouvernement, les importateurs et les vendeurs n’ont pas répercuté cette exonération sur le prix de vente au bénéfice des consommateurs ; ainsi que l’a révélé l’enquête de Focus Infos en juillet dernier.

Pour autant, cette volte-face fait tache, surtout que le ministère de l’Economie Numérique avait soutenu il y a peu, que  le choix de la détaxation doit être poursuivi et même renforcé, puisqu’il participe au développement numérique des populations, dans un mouvement régional où la tendance est à l’accessibilité des TIC. « La croissance économique du pays ne peut être envisagée sans la promotion et le développement de ces outils auprès du plus grand nombre. Les enjeux en sont multiples » avait ainsi expliqué Mme Cina Lawson.

«  L’argument des prix qui n’ont pas baissé ne tient pas la route » constate un importateur. «  Il appartenait au gouvernement de mener une vraie campagne auprès du public sur cette exonération ; ce qui n’a pas été fait. Mais aussi de faire contrôler les prix pour obliger les vendeurs à répercuter cette exonération » explique-t-il.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

douze + 17 =