Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

NEW-YORK : Faure GNASSINGBE reçoit le soutien de CLARK.

Quelques heures après son arrivée ce mardi à New York (Etats-Unis) dans le cadre de la célébration du 50è anniversaire du Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), le Président de la République Faure GNASSINGBE s’est rendu au 1, United Nations Plazza, siège de l’organisation, pour y rencontrer son administratrice, Helen CLARK.   Au menu des discussions, le Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) qui  a reçu l’appui  de l’institution onusienne.  

Ils s’étaient déjà rencontrés   en septembre dernier, en marge de la session de l’Assemblée Générale des Nations Unies. Cette fois-ci, le Chef de l’Etat togolais a profité de son séjour états-unien dans le cadre de la célébration du 50è anniversaire du PNUD, pour échanger de nouveau avec Mme Helen CLARK. Occasion pour Faure GNASSINGBE d’évoquer la mise en œuvre du  Programme d’Urgence de Développement Communautaire (PUDC) adopté le 13 janvier dernier en conseil des ministres et qui a reçu  le soutien du PNUD. Un échange officiel et cérémonial de documents  entre les deux personnalités a matérialisé cet engagement pris en début de semaine par la représentante de l’organisation à Lomé. Il s’agira d’un appui technique et financier mais également d’un accompagnement pour une large mobilisation  de ressources, au-delà des fonds qu’investira le gouvernement togolais lui-même dans l’initiative.  

Intervenant devant la presse au nom de Mme CLARK à l’issue de la rencontre, monsieur Abdoulaye Mar DIEYE, Sous-Secrétaire Général et Directeur Régional du Bureau Régional pour l’Afrique, a tenu à saluer d’abord la présence de monsieur GNASSINGBE au cinquantième anniversaire du PNUD qui témoigne selon lui de l’excellence des relations entre le Togo et cette organisation. Il a ensuite relevé la pertinence du PUDC adopté par notre pays , qui est le second sur le continent après celui du Sénégal et se justifie par les nombreuses urgences auxquelles sont confrontées les autorités. «  L’intérêt d’un tel programme est que ses résultats sont visibles dans  les six (6) mois) »  a-t-il indiqué, relevant qu’en Afrique, « la question du développement est une course de  marathon qui doit être couru avec le mental d’un sprinter ». «  Le PUDC symbolise ce mental «  a-t-il conclu.

Pour sa part, le ministre de la Planification du Développement, Kossi ASSIMAIDOU, membre de la délégation officielle accompagnant le Président de la République, s’est félicité de l’accord conclu avec le PNUD sur les modalités de mise en œuvre du PUDC,  mais également du partenariat qui va exister entre les deux entités pour que les objectifs du gouvernement togolais soient atteints.  Il a assuré de la détermination de Faure GNASSINGBE à la réussite de cette initiative dont les résultats sont très attendus par les populations, au vu de l’enthousiasme suscitée lors de la collecte des informations sur le terrain. Sur les 150 milliards environ que va coûter le projet, il a ainsi annoncé l’engagement du Chef de l’Etat à mobiliser dès cette année, près de 20 milliards de ressources nationales.

POPULATIONS VULNERABLES :

Exécuté sur la  période 2016-2018, le PUDC est une initiative visant à offrir aux populations rurales et semi-urbaines vulnérables,  des services sociaux de base,  en impliquant  les acteurs locaux dans le développement économique et social de leur localité. Il comprend plusieurs axes dont le développement des infrastructures socio-économiques de base, le renforcement des capacités institutionnelles des acteurs nationaux et locaux, le développement de l’entreprenariat rural et la création d’un système de géolocalisation des infrastructures. Le PUDC  ambitionne de  coller au plus près des besoins des populations les plus démunies en matière d’éducation, de santé, d’équipements sociaux, de promotion de l’emploi ou d’agriculture. Il s’inscrit dans le cadre de la SCAPE (Stratégie de croissance accélérée  et de promotion de l’emploi).

Outre le PNUD, d’autres institutions comme la BAD ou la Banque Islamique sont de potentiels partenaires sur le projet.

Last modified onmercredi, 24 février 2016 10:38