Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

CRISE AU CAR : Me Dodji APEVON accuse Yawovi AGBOYIBO

Nouvel épisode dans ce qu’il convient d’appeler désormais le «  feuilleton du CAR. »  Après le message  adressé aux militants et aux cadres du Comité d’Action pour le Renouveau ( CAR) par son président d’honneur dans lequel il reportait sine die le congrès « jusqu’à la réalisation d’un consensus », et comme une réponse du berger à la bergère, Me Dodji APEVON, président en exercice du parti, vient d’écrire à son tour à Me AGBOYIBO. Le courrier en dit long sur le climat délétère qui règne au sein de la 3è force politique du pays. 

Il est désormais illusoire d’envisager une réconciliation des cadres du CAR. En effet, comme il fallait s’y attendre,  Me Dodji APEVON  vient de répondre sèchement au Président d’honneur,  suite à la sortie de ce dernier datée de la fin février.

Dans sa lettre  du 07 mars, le président en exercice accuse Me AGBOYIBO d’être à l’origine de la crise que traverse le parti. «  Je suis très peiné par la tournure que vous venez de donner à la crise que traverse notre parti, crise dont vous êtes entièrement à l’origine » écrit-il en introduction. Il dénonce «  la manière sélective » et peu courtoise dont a été distribuée le  message de février et déclare que ni lui ni d’autres responsables   ciblés comme n’étant pas du bord de l’ancien Premier Ministre n’en ont pas eu copie.

L’avocat dit s’étonner du titre de « Président Fondateur » dont « s’affuble » Me AGBOYIBO étant donné qu’aucun texte ne le prévoit, si ce n’est celui de membre fondateur. Pour le président en exercice, ce sont plutôt les partisans d’un retour du « bélier de Kouvé » à la tête du parti qui, les premiers,  ont communiqué publiquement sur la crise interne. Il cite nommément monsieur NADOR qui aurait organisé le 24 janvier à son domicile une réunion des responsables et militants du Grand Lomé, au cours de laquelle il aurait «  donné à boire et à manger à ceux qu’il a conviés pour mieux les manipuler ». « Au même moment, vos partisans se sont évertués au présidium à faire suspendre toutes les activités du parti, y compris les réunions du Comité Directeur qui est pourtant l’organe de décision. » s’offusque Me APEVON. Qui accuse : «  Au moment où , après de vives explications au présidium, nous avions tous prôné l’apaisement pour aller à la recherche de solutions, Monsieur DAGBAN Sylvain, comme un vrai mercenaire, a été envoyé sur la radio Victoire FM pour défendre l’une de vos thèses, selon laquelle j’ai fini deux mandats à la tête du parti et que je dois partir , alors que vous savez que cet argument est juridiquement insoutenable. L’escalade dans la communication est finalement venue de vous-même par le message  que vous avez rendu public et qui se trouve actuellement entre les mains de plusieurs Togolais et au niveau des médias. »  Le député de Lomé conteste les allégations de son président d’honneur sur le déroulement de la crise qu’il considère comme une manipulation des militants et de l’opinion ainsi qu’une dénaturation des faits.

Dans sa conclusion, Me APEVON invite au respect scrupuleux des textes de sa formation : «  je voudrais pour finir vous faire observer que si nous sommes réellement de vrais démocrates, comme nous l’avons toujours clamé, nous devons œuvrer pour que la grave crise que traverse le parti et qui n’est pas en réalité une crise d’orientation mais créée artificiellement, soit résolue par un respect scrupuleux des textes dont nous nous sommes dotés. « 

 

 

 

Last modified onmardi, 08 mars 2016 19:37