Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

Me Apévon débarqué, M. Nador prend le volant du CAR pour 2 mois

Les délégués des 22 fédérations du Comité d’action pour le renouveau (CAR), opposition, ont décidé de tourner la page de Me Dodji Apevon, le président du parti dont le mandant est arrivé à termes. Le parti traverse une crise depuis près d’un an avec en toile de fond le renouvellement des instances du parti. Pour résoudre la crise en attendant l’élection d’une nouvelle instance du parti, un comité intérimaire de gestion est mis en place. Sa présidence est confiée à M. Nador Awuku.

Le comité intérimaire de gestion a deux mois pour colmater le « tissus familial » du « parti des déshérité », dépoussiérer les textes du parti avant l’organisation du congrès extraordinaire électif. En attendant « la crise est derrière nous », clame M. Nador, revêtu du manteau de président intérimaire. Toutefois, souligne-t-il, la crise au sein du parti trouve «  ses fondements au-delà du CAR sinon elle ne devrait pas durer. Certes, il y a eu entre temps des incompréhensions entre les militants du CAR. Mais la tournure dramatique est consécutive aux manipulations d’acteurs qui ont trouvé là une occasion rêvée de faire disparaitre un adversaire, qui ont tenté de profiter de nos désaccords (…) ». Faisant allusion à peine voilée à la manipulation dont serait victime le président sortant du parti.

«  Ils savaient déjà tout en étant au CAR leur voisin avec qui ils travaillaient dans l’ombre. C’est en cela que cette crise n’est pas une crise fortuite au CAR, c’est une crise de purification », poursuit-il pour qui les manipulateurs ont demandé à Apévon de  bloquer toute issue paisible à la crise en s’accrochant à son poste. « Si vous abandonnez votre ancienne maison, il faut l’abandonner définitivement ».

En rassembleur enfin, M. Nador, a lancé un appel à l’endroit de tous ceux qui hésitent encore à rester au CAR ou à y rejoindre arguant de la disponibilité du parti  à accepter les critiques qui aideront à son évolution. Cette même  disponibilité les guidera dans la garantie des places à ces derniers  au sein du CAR. « Nous n’avons exclu personne. Il n’y aura pas de chasse aux sorcières après cette crise », a réitéré M. Nador.

Cette crise, selon la presse locale, est téléguidée par le président d’honneur du parti, Me Yawovi Agboyibor. Il n’en est pour rien, à en croire M. Nador. « Non, ce n’est pas le retour d’un homme dont il s’agit. Il s’agit  plutôt du retour d’une méthode. D’une autre manière de faire la politique », clarifie-t-il.

Notons que le CAR est la troisième force politique du pays. En 2008, il avait été l’un des rares partis politiques togolais à marquer une alternance à son sommet quand Me Agboyibor le président fondateur du parti avait transmis les rennes à son dauphin, Me Apévon. Aujourd’hui tout porte à croire qu’il est déçu de la situation et veut reprendre  « son parti ».

 

 

 

 

 

 

 

Last modified onmardi, 25 octobre 2016 20:03