Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

Fabre « a gagné les élections » ; mais pour les preuves, il faudra attendre.

Au lendemain de la proclamation des résultats du scrutin du 25 avril dernier donnant le président sortant Faure GNASSINGBE vainqueur, le candidat malheureux  Jean-Pierre FABRE a, sans surprise, rejeté les chiffres et s’est autoproclamé Chef de l’Etat. Sans pour autant apporter la moindre preuve de ses allégations.

 Dans une déclaration surréaliste dite solennelle du « président Jean-Pierre FABRE », le candidat malheureux qualifie les résultats proclamés par la Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) d’un « énième coup de force contre la souveraineté nationale. » Il affirme que «  les résultats proclamés ce mardi 28 avril 2015, par le président de la CENI, sont des résultats frauduleux, qui n’ont rien à voir avec ceux compilés par le centre informatique de CAP 2015 et qui proviennent des procès-verbaux de bureaux de vote en notre possession ». Avant de promettre que cet «  énième coup de force électoral ne passera pas ». D’appeler à la mobilisation et d’inviter le  « peuple togolais  à écrire son histoire  en prenant courageusement son destin en main ».

A sa suite, le Combat pour l’Alternance Pacifique en 2015 (CAP 2015), la coalition qui a soutenu monsieur FABRE, a publié un communiqué pour « fustiger le coup de force électoral de Faure GNASSINGBE »

ANNULER LES RESULTATS DU NORD.

Les allégations de Jean-Pierre FABRE et de CAP 2015 n’ont pas été cependant étayées par des éléments de preuve provenant du « centre de traitement des résultats » qu’ils auraient mis en place. A la  question de la disponibilité des preuves, notamment des procès-verbaux provenant des bureaux de vote et des Commissions Electorales Locales Indépendantes ( CELI) contredisant ceux publiés par la CENI, ils promettent situer la presse, l’opinion nationale et internationale dans les prochains jours. Si les preuves ne sont pas encore constituées et restent insusceptibles d’être présentées en l’état aujourd’hui, sur quelle base alors le premier vice-président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), monsieur Patrick Lawson avait-il annoncé dès dimanche la victoire de son candidat, monsieur FABRE ? «  Il (Jean-Pierre FABRE, ndlr) cherche simplement une porte de sortie non humiliante et une posture lui permettant de répondre devant ses militants » commente-t-on dans une chancellerie occidentale. «  Ce faisant, il rassure peut être lesdits militants qui ont besoin d’une explication facilement consommable à leur défaite. Mais en même temps, il se sectarise et ne prend pas de la hauteur » ajoute-t-on.  De fait, la position de CAP 2015 sera intenable alors que toutes les missions d’observations ainsi que les partenaires du Togo qui ont suivi le scrutin, par différents canaux, ont jugé que les résultats reflètent le verdict des urnes. En effet, avec ses 20.000 personnes déployées sur l’ensemble des centres de vote, ses 8000 téléphones portables dotés d’une application pour transmettre instantanément les résultats au centre informatique de la coalition, ainsi que les différents recoupements réalisés grâce aux observateurs sur le terrain, monsieur FABRE ne peut pas, ne pas savoir qu’il a effectivement perdu les élections. «  Il le sait, si tant et si bien qu’il demande qu’on annule les résultats de 7 CELI (Commission Electorale Locale Indépendante) comme par hasard, toutes du nord du pays et où il a réalisé de minables scores. Voilà comment monsieur FABRE compte gagner et gouverner  le Togo : sans le nord. Ahurissant n’est-ce pas ? » analyse t-on au siège de l’Union pour la République (UNIR), parti au pouvoir.

 

 

 

Last modified onmercredi, 29 avril 2015 18:54