Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Le dialogue, l’approche réaliste du CAR pour l’alternance au Togo

Me Dodji Apevon, pdt du CAR Me Dodji Apevon, pdt du CAR

 

 

 

Le scrutin présidentiel d’Avril dernier  a vu la reconduction du président sortant Faure Gnassingbé à la tête du pays pour un troisième mandat de cinq ans. Le Comité d’action pour le renouveau (CAR), le parti de Me Apevon Dodji qui, faute de réformes, a appelé au boycott de ce scrutin en tire les conclusions.

Pour le « parti des déshérités », ce que redoutaient les populations au cas où ces réformes n’aboutissaient pas avant le scrutin, a été confirmé à l’issue du processus électoral.

Le CAR relève aussi qu’aucun des candidats à ce scrutin n’a pu recueillir 35% des voix du nombre des électeurs inscrits. De ce fait, il constate que si l’opposition était soudée pour obtenir les deux tours, le scrutin aurait débouché sur l’alternance.

Face à l’échec d’aboutir à l’alternance, le CAR recommande un changement de méthode.

« La méthode pour arriver à un résultat doit être une méthode, une approche réaliste », déclare Me Apévon.

Il déplore un amalgame  entre plusieurs méthodes : la méthode de contestation de rue, la méthode de révolution avec la méthode du dialogue. Or, selon Me Apevon, la méthode du dialogue a ses concepts et on doit s’ouvrir à cette méthode là pour avoir les résultats.

Enfin, le CAR déplore que les populations qui se sont prononcées à 85% pour les réformes n’aient été écoutées.

Notons que selon les résultats proclamés par la Cour constitutionnelle, Faure Gnassingbé est déclaré vainqueur de l’élection présidentielle avec plus de 58% des suffrages devant Jean-Pierre Fabre crédité de 35% des voix. Mais ce dernier conteste les résultats.

 

 

 

Last modified onvendredi, 15 mai 2015 16:44