Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Pour décourager les Togolais à s’enrôlement sur les listes électorales du Ghana : L’ONG AME lancera une campagne de sensibilisation

Augustin Amegan, chargé à la communication de L'ong AME Augustin Amegan, chargé à la communication de L'ong AME

Près de 80 000 Togolais se seraient inscrits sur la dernière liste électorale au Ghana, telle est l’accusation portée le 18 Août dernier par le principal parti de l’opposition ghanéenne, le Nouveau parti patriotique (NPP).

Selon ce parti, se fondant sur les données obtenues à partir de la liste électorale du Togo affichée publiquement avant les élections présidentielles de 2015,  grâce à la technologie biométrique de reconnaissance faciale, avoir détecté 76 286 apparemment potentiels de mêmes personnes, avec les mêmes noms et visages sur les listes électorales du Ghana et du Togo.

Pour éviter que cette accusation  ne débouche sur des affrontements entre les populations des deux pays frères, l’Organisation non gouvernement (ONG) Amis du monde des enfants (AME) qui œuvre notamment dans le domaine de la formation civique, prend au sérieux la menace du risque de cohésion sociale au sérieux. C’est pourquoi, elle entend avec l’appui de ces partenaires initier une campagne de sensibilisation à travers les médias pour inviter les Togolais à ne pas aller s’inscrire sur les listes électorales au Ghana sauf s’ils disposent de pièces leur donnant ce droit.

Des spots à diffuser dans les médias audiovisuels et des insertions dans les journaux seront confectionnés à cet effet, a annoncé le chargé à la communication de l’ONG AME, M. Augustin Amegan, au cours d’une conférence de presse tenue ce 31 Août 2015 à Lomé.

« Nous avons décidé de saisir un certain nombre de partenaires pour à nouveau initier une campagne de sensibilisation à l’endroit des populations togolaises dans la perspective de la révision des listes électorales Ghana », a déclaré le chargé de communication.

Cette ONG avait déjà, à l’occasion de l’élection présidentielle de 2012 au Ghana, mené une  pareille campagne en direction des Togolais.

 «  La question d’accusation d’enrôlement des populations voisines sur les listes électorales, n’est pas propre au Ghana. A chaque fois qu’il y a des élections dans nos pays, on accuse les voisins des pays frontaliers de venir s’inscrire sur les listes électorales, ça débouche sur une dégradation des relations entre les populations, une cause potentielle de conflit entre les populations c’est pour cela que nous voulons devancer cette situation pour dissuader les populations d’aller s’inscrire sur les listes électorales s’ils n’ont pas les pièces requises », a souligné M. Amegan.

Les mêmes accusations sont portées contre les autres pays frontaliers du Ghana. L’élection présidentielle au Ghana est prévue en novembre de l’année prochaine.

 

 

 

Last modified onmardi, 01 septembre 2015 18:48