Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

Ouverture ce matin à Lomé de la 3è conférence maritime

Le Premier ministre togolais M. Selom Klassou a procédé ce lundi à l’ouverture de la conférence maritime 2016 à l’hôtel Sarakawa.

La cérémonie a connu la présence des ministres du gouvernement togolais ainsi que d’autres personnalités de l’armée, de différentes organisations nationales et internationales et des ambassadeurs. 

Cette conférence étalée sur deux jours est la troisième du genre depuis la création du Haut Conseil sur la Mer (HCM) en 2014. Le thème autour duquel s’articulent les activités est : « appropriation des projets contribuant à la sécurité maritime et portuaire par les administrations (AEM) et formation sur le nouveau cadre juridique contre la piraterie maritime ».  Le Togo a depuis 2014 renforcé le cadre institutionnel d’intervention de l’Etat dans le secteur maritime par la création d’un organisme national en charge de l’action de l’Etat en mer, dans le but de prospérer l’économie bleue.

Deux types de participants sont attendus à cette conférence : les représentants des administrations AEM ce lundi, afin de mener une discussion autour des projets identifiés, ensuite les magistrats, experts juridiques et assimilés et officiers de police judiciaire, pour la journée de mardi consacrée à la formation d’un groupe restreint d’acteurs chargés de l’application et du respect des lois maritimes.

Au programme, trois communications pour la formation des acteurs. Elles portent sur les innovations du code pénal relatives à la piraterie maritime, la loi relative à la lutte contre la piraterie et les autres actes illicites. Mais également l’exercice par l’Etat de ses pouvoirs de police en mer, puis sur les innovations apportées au nouveau code de la marine marchande et leurs implications sur le transport maritime, l’environnement et les gens de  mer.

Les précédentes conférences maritimes tenues les 09 et 10 décembre 2014 et 09 et 10 juillet 2015 ont permis la mise en œuvre des recommandations du Haut Conseil pour la Mer.

Objectifs de la conférence

Cette conférence vise à faire le bilan de la mise en œuvre des recommandations de la dernière conférence maritime et de la réunion du HCM du 18 septembre 2015 afin de tirer les leçons apprises de la gestion de l’incident maritime FAIR AFRODITI. De même, elle permettra de renforcer les capacités des différents acteurs impliqués dans l’action de l’Etat en mer sur les innovations et points de réformes sur la lutte contre la piraterie maritime et les autres actes illicites commis en mer. Par ailleurs, les acteurs comptent identifier les sources de financement des différentes études de faisabilité approuvées par la réunion du HCM 2015 et de déduire des points précédents, les domaines non légiférés et non règlementés à prendre en compte dans le futur.

Résultats attendus

Au terme de la conférence, le conseil compte renforcer la capacité des différents acteurs impliqués dans l’action de l’Etat en mer, « identifier les sources de financement » a soutenu  le  ministre togolais des Infrastructures M. Gnofam. Les participants devront faire une analyse prospective sur les domaines non légiférés et non règlementés.

« Depuis la tenue de la dernière réunion du HCM, le Togo a sensiblement amélioré son cadre législatif et règlementaire relatif à la mer. Face à la montée de la piraterie dans le Golfe de Guinée, le Togo va en toute légalité, poursuivre, interpellé et juger tout pirate qui s’aventurerait dans les eaux nationales mais aussi internationales au nom de la compétence quasi universelle conférée par de nouvelles dispositions pénales sur la piraterie maritime », a confié le Premier ministre.

Rappelons que la mission principale de l’ONAEM est «  de renforcer l’action des administrations publiques et de coordonner les efforts intersectoriels en vue de préserver les intérêt maritimes du Togo à travers plusieurs actions au niveau des instances qui sont des cadres de réflexions politiques, stratégiques et opérationnelles ».