Log in

L’effet ramadan n’a pas lieu cette année

Tous les ans, la période du jeûne des musulmans influe sur le prix des aliments. Le ramadan joue un rôle catalyseur et favorise la hausse du prix des fruits en particulier. Mais, cette année la sévérité de la concurrence et  la cherté de la vie viennent à la rescousse des acheteurs.

Avec une petite pointe d’étonnement venant des consommateurs, cette période du ramadan  ne suit pas la variation ordinaire des  prix des fruits. En effet, le prix de bon nombre de fruits reste inchangé et ce malgré le début du jeûne musulman. Pour cause, les commerçants invoquent la rentrée explosive d’autres commerçants dans le secteur fruitier. En outre, le léger bonus qu’ils s’offraient en plus des bénéfices standard en cette période n’est plus possible.
Par ailleurs sur le marché, seul le prix de l’orange subit une inflation. Désormais, son sac se négocie à 25.000 F contre les 13.000 F des dernières semaines, soit une augmentation de 92%. De ce fait, les oranges qui étaient disposées  à trois pour 100 F sur les étalages sont aujourd’hui ramenées à deux pour 100 F. Dans certains quartiers, le prix d’une unité est obtenu à 100 F. Cette inflation trouve sa cause dans la saison de l’année qui n’est pas très appropriée à la récolte du fruit. Cependant, la variation de prix suit son court normal pour les autres fruits à l’instar de l’avocat, la banane, l’ananas… Leurs sacs se négocient en fonction de leur taille.

En ce qui concerne les prix des produits alimentaires, la situation semble légèrement changée pour certains légumes. On observe une légère amélioration du prix  pour la tomate. Son sac de 25.000 F est aujourd’hui à 20.000 F,  soit une différence de 5000 F. Mais, cette différence de prix n’est pas encore  visible auprès des détaillants.  Cependant, le sens du diagramme est tout autre pour la carotte, le piment rouge et le ‘Gboma’ (légume frais). Le prix de la carotte  a augmenté de  presque 50%. Son sac de 15000 F, se négocie à 25.000F. Le sac du piment rouge, lui autre, observe une augmentation de 20%. De 75.000F, son sac passe à 100.000F. Quand bien même que, le prix des légumes frais observent le statu quo,  la variation du prix du ‘Gboma’ a évolué. Les dernières pluies ont été dévastatrices, son sac de 6000 F passe à 15.000-16.000 F.  L’année 2015 reste une année exceptionnelle où la vérité des prix de la période du ramanda a fléchit.