Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

15e forum économique international sur l’Afrique:Mme Victoire DOGBE plaide pour d'avantage d'investissement dans la jeunesse

Ce 9 septembre 2015, s’est tenu à Berlin en Allemagne, le 15e  forum économique international sur l’Afrique, espace de rencontre et de dialogue ouvert chaque année par le centre de développement de l’OCDE et le gouvernement allemand en partenariat avec la commission de l’UA africaine.


L’édition de cette année a mis l’accent sur le programme de développement de l’Afrique au-delà de 2015, le développement durable, l’impact de la future démographie  du continent sur sa transformation, le financement du développement, les défis du changement climatique etc...

Etaient présents, le président. John Dramani Mahamat du Ghana, l'ancien président fédéral allemand, Köhler, M. Koffi Annan, ancien secrétaire Général des. Nations Unies, M. Kadre Ouedraogo, président de la commission de l UA, M. Ibrahim Mayaki, secrétaire exécutif du NEPAD.

Le Togo a été représenté à cette conférence par la ministre du développement à la base, de l’artisanat et de l’emploi des jeunes et a co-animé avec la Tunisie et la Côte d’Ivoire le panel de la session "le développement territorial peut-il aider l’Afrique à bénéficier d’un dividende démographique?"

A cette tribune la ministre DOGBE a partagé l’expérience du Togo en matière de développement à la base. L’objectif de ce processus étant de contribuer à asseoir un développement harmonieux, équilibre et participatif avec une planification locale et des réponses concrètes aux besoins des populations à la base. L’émergence des dynamiques locales avec la création des pôles de développement  agricoles industriels et de services, offrira des opportunités de création de richesses et d’emplois au niveau local ce qui permettra de freiner les flux migratoires des jeunes.

L’exemple togolais en matière d’une croissance partagée et inclusive en l’occurrence la mise en place d'un Fonds national de la finance inclusive  (FNFI) a été vivement salué.

Le Togo entend positionner le secteur agricole comme levier de la réduction de la pauvreté.  La ministre DOGBE a à ce titre fait ressortir les progrès réalisés dans le secteur agricole et qui ont permis au Togo d’atteindre la sécurité alimentaire avec depuis quelques temps des excédents céréaliers de 150 mille tonnes / an.

Le point d’orgue a été l’invitation de la ministre adressée à tous les pays africains á investir dans la jeunesse. Celle-ci qui constitue la première ressource du continent africain.


Les pays africains doivent inventer leur propre modèle de développement  tenant compte de leurs réalités, des normes culturelles et des aspirations profondes des populations.

A ce titre, Les principaux défis à relever sont de plusieurs ordres.
- continuer à impulser la création de richesses au niveau local à partir des potentialités de chaque région avec la création des pôles de développement  et de croissance. 
- poursuivre inlassablement les efforts de réformes visant à améliorer le climat des affaires et la compétitivité de l’économie

- Continuer à investir de manière équilibrée dans les infrastructures dans le cadre d’une politique de développement  territorial participatif et inclusif

- Investir davantage dans la recherche, l’innovation y compris la formation professionnelle des jeunes, l’utilisation des technologies de communication et de l’information
- Mobiliser davantage des ressources internes ainsi que des financements innovants impliquant des partenariats secteur public et privé

- Intensifier l’appui à l’émergence de PME/PMI.


En conclusion, l’accélération de la croissance ne suffira pas pour vaincre la pauvreté en Afrique.

La participation de toutes les couches sociales, y compris les femmes, les jeunes, et les populations démunies ou vulnérables à la création de nouvelles richesses, d’une part, autant qu’une répartition équitable des retombées que ces dernières auront générées, d’autre part, constituent le double socle de durabilité du processus de développement  pour l’Afrique de demain.


Et pour cela le Togo compte poursuivre la mise en œuvre de sa stratégie de développement participatif, équilibre inclusif et durable.

La formation, l’éducation entrepreneuriale et citoyenne (valeurs de travail, de discipline et de solidarité) de la jeunesse en vue d’accroitre sa responsabilisation en tant que première force productive et acteur de changement demeure un des piliers importants de cette stratégie.