Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Le Togolais Yao Dasso Tadenyo remporte l’édition 2014 du prix Abdoulaye Fadiga

Tadenyo Dasso Yawo, laureat du prix Abdoulaye Fadiga Tadenyo Dasso Yawo, laureat du prix Abdoulaye Fadiga

Le Prix Abdoulaye Fadiga 2014 pour la promotion de la recherche économique d’un montant de dix millions de francs CFA a été attribué, ce 10 septembre, au Togolais Yao Dasso Tadenyo, un doctorant en Sciences économiques et de gestion à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar et à deux Béninois qui ont eu le prix d’encouragement. C’était au cours d’une cérémonie qui s’est déroulée en direct du siège de la Banque centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) à Dakar au Sénégal et qui a connu la présence des autorités monétaires et des Premiers ministres de la Côte d’Ivoire et du Sénégal.

Les lauréats de la quatrième édition du Prix Abdoulaye Fadiga, c’est-à-dire, l’édition 2014 sont désormais connus. Les deux ayant reçu des prix d’encouragement et celui qui a reçu le prix proprement dit, ont été dévoilés hier par le président du Comité de lecture, Fulbert Amoussouga-Géro, rapporteur du Jury. Comme prix d’encouragement, il s’agit de Charlemagne Babatundé Igué, professeur agrégé de sciences économiques et de gestion et Doyen de la Faculté des Sciences économiques et de gestion de l’Université d’Abomey-Calavi au Bénin et de Mathieu Trinnou, de la même université. Ces deux ont eu chacun des attestations et une enveloppe financière de cinq millions de francs CFA. Le Prix Abdoulaye Fadiga 2014 est allé au Togolais Yao Dossa Tadégnon, doctorant en sciences économiques et de gestion à l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar au Sénégal. Ses recherches ont porté sur le choc du taux d’intérêt de la BCEAO et l’inflation dans les pays de l’UEMOA. Ce dernier a reçu une attestation et une enveloppe de dix millions de francs CFA. 

Le Prix Abdoulaye Fadiga en effet, est une initiative de la BCEAO qui offre un cadre de communion entre l’institut d’émission et les chercheurs qui peuvent ainsi apporter une contribution à la mise en œuvre d’une politique monétaire efficace et à l’amélioration du bien-être des populations de l’Union. Il vise à promouvoir et à renforcer la recherche économique sur les Etats membres de l’UEMOA et devrait susciter la production de travaux de recherche de qualité sur la formulation et la mise en œuvre de politiques économiques dans lesdits Etats.

Les thèmes

Lancée le 30 octobre 2013 pour prendre fin le 30 juin 2014, la quatrième édition du Prix Abdoulaye Fadiga a permis d’enregistrer selon le président du Comité de lecture Fulbert Amoussouga-Géro, 19 œuvres entrant dans le cadre de cette compétition. L’examen des différentes œuvres qui ont été présentées a été fait sur la base de quatre critères, selon le président du Comité de lecture. Il s’agit de la pertinence de la problématique, la qualité de la Revue de littérature, la démarche méthodologique et la rigueur dans l’analyse des résultats.
Pour l’édition 2014 du Prix Abdoulaye Fadiga, les thèmes des articles à soumettre devraient s’inscrire dans les problématiques précises. Au nombre de celles-ci, il y avait l’analyse du secteur financier et monétaire, à travers l’identification de ses caractéristiques principales et sa contribution au développement économique et social des Etats membres de l’UEMOA. Cette analyse peut porter notamment sur la politique monétaire de l’Union et ses mécanismes de transmission, le marché du crédit, le financement de l’activité économique, les liens entre le secteur financier et les restes de l’économie ainsi que sur les perspectives de développement du secteur financier et son impact sur les économies de l’Union.
Les candidats à l’édition 2014 ont eu à faire des recherches sur l’examen des questions macroéconomiques relatives aux finances publiques, à l’encadrement public et à la coordination entre politiques monétaire et budgétaire ; de même sur les préoccupations relatives à l’intégration économique régionale, en particulier les conditions de viabilité des unions monétaires en Afrique de l’Ouest. Ils ont aussi cherché à faire l’évaluation des contraintes liées aux chocs exogènes, notamment les fluctuations des cours des matières premières agricoles et minières qui affectent la croissance au sein de l’Union ; puis enfin l’analyse de questions relatives à la croissance économique dans les pays en développement.
A la cérémonie de remise des prix hier, que ce soit le gouverneur de la BCEAO, Tiémoko Meyliet Koné, Fulbert Amoussouga-Géro président du comité de lecture et rapporteur du jury de même que le Premier ministre du Sénégal, Mohamed Ould Abdallah John et celui de la Côte d’Ivoire, Daniel Kablan Douclan, tous ont félicité les lauréats avant d’inviter les chercheurs des pays de l’Afrique de l’Ouest à s’investir dans ces recherches. Car, le Prix Abdoulaye Fadiga comme l’a précisé le gouverneur de la BCEAO, constitue pour eux une opportunité.

Source La nation