Log in

Les journalistes s’engagent dans la lutte contre la traite des êtres humains

Du 10 au 12 novembre dernier, les professionnels de média togolais étaient en formation, à la maison de la presse, afin de mieux cerner le phénomène de la traite des êtres humains (TEH). Ce fléau fait annuellement plus de 22 millions de victimes  par an dans le monde. L’ampleur de cette activité réside en partie dans la désinformation des populations. Ainsi pour servir de relais d’information auprès de cette dernière, l’ambassade de France au Togo et la maison de la presse ont initié une formation à l’endroit des journalistes.

Selon le rapport produit par l’ONUDC en 2014, l’activité de la traite  des êtres humains touche pratiquement tous les pays de toutes les régions du monde. C’est une activité résumant l’homme à une simple marchandise où ses droits humains fondamentaux et sa dignité sont laissés pour compte. « Nous sommes confronté à ce phénomène lorsque par exemple l’on voit ces enfants soumis à un travail, peu ou pas rémunéré, sur le marché, à l’âge où ils devraient être scolarisés ou lorsque l’on entend parler des situations dramatiques vécues par les jeunes femmes africaines candidates à l’immigration et  finalement exploités par le travail ou devenant esclaves sexuelles, en Europe, aux Etats-Unis ou au Moyen Orient notamment », explique le premier conseiller de l’ambassade de France au Togo, M ; Guillaume Lemoine.

Troisième grande forme de criminalité au monde après le trafic des armes et de stupéfiants, la TEH est bien présente au Togo. Le dernier exemple en date est le retour de douze togolais du Gabon ce 13 novembre, après être victimes de TEH. Cette action a été effective grâce à l’appui de plusieurs organisations dont l’OIM (Organisation Internationale pour les migrations). Au cours des trois jours de formations, acteurs  du gouvernement, de la société civile, de l’ambassade de France et des média, experts en la matière ont entretenu les participants sur plusieurs thématiques liées à la TEH qui leur ont permis d’avoir un background par conséquent important en la matière. M. Koffi Degbovi, conseillé à la cour suprême, Mme. félicité Koublanou, coordinatrice du Réseau de Lutte contre la Traite des Enfants au Togo (RELUTET), Mme Emmanuelle Harang, chef projet TEH, Ambassade de France et ministère de la justice du Togo, M.Tchalim Blao, directeur de la maison de la presse, …, ont été les principaux panelistes.

Rappelons qu’au cours de cet atelier, tous les média ont été représentés, à l’instar de la presse écrite, de la radio, de la télévision et du site en ligne. Les vingtaines de participants ont été sélectionnés sur l’ensemble du territoire.