Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Santé : mal voyant, M. Edoh FAYOSSEH reçoit son diplôme en médecine traditionnelle

Le Togo compte environ 1 médecin pour plus de 12 000 habitants. Dans ces conditions bon nombre de citoyens togolais préfèrent consulter les tradithérapeutes pour leurs problèmes de santé. La préfecture de Vo en compte plus de 2800  selon un recensement effectué dans la préfecture il y a quelques années. L’un d’entre eux, M. Edoh FAYOSSEH, un mal voyant a reçu ce 22 Décembre une distinction pour ses connaissances en matière de médecine traditionnelle. C’était en présence des représentants  du ministère de la santé et des autorités administratives locales de la préfecture.

Dans son discours de circonstance au cours de cette cérémonie, le Maire de la ville de Vogan, M. Kodjo Atchou s’est dit honoré par le fait qu’un des fils de la ville s’est fait distingué dans le domaine de la médecine traditionnelle.  

« M. FAYOSSEH Edoh est un acteur très important pour le développement de notre communauté. Non seulement, il  fait la promotion de la médecine traditionnelle mais aussi de la personne handicapée. Il prouve que même avec son handicap, on peut être utile pour sa famille et sa communauté. Il est un exemple à suivre », a-t-il déclaré.

Pour sa part le préfet de Vo, M. Jérôme Kokou Léguédé, n’a pas non plus manqué d’encourager l’impétrant pour ce qu’il fait pour la médecine traditionnelle. Il a invité par la même occasion tous les tradithérapeutes à lui « emboiter le pas,  les conviant à être véridique, à convaincre et à satisfaire tous ceux qui viennent auprès d’eux ».

Prenant à son tour la parole, l’impétrant a témoigné sa gratitude à tous ceux qui ont honoré de leur présence à la cérémonie

Il a convié ses collègues à faire de ce métier un sacerdoce au regard à l’importance que revêt la bonne santé pour la population.

« Je suis un mal voyant mais il me reste le toucher, l’odorat. Je dirai que les autres sens se sont développés avec la perte de ma vue ce qui me permet d’exercer cette profession. Quand on est  un infime ce n’est pas la fin du monde, on peut être utile au monde. Malgré que je sois limité par ce handicap, j’ai suivi la formation avec les personnes bien portant et je notais tout en braille. Nos formateurs ont compris que je suis apte à exercer ce métier », a confié M. FAYOSSEH Edoh.

Notons qu’auparavant, le directeur du district sanitaire de Vo a rappelé que pour le gouvernement  la médecine traditionnelle  reste une priorité.