Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

Les missions de l’ONG INTERNATIONAL AIMES-AFRIQUE du Dr KODOM ne sont pas interdites.

Depuis plusieurs jours,  des rumeurs allèguent d’une interdiction faite à l’ONG International AIMES-AFRIQUE d’effectuer ses missions médico-chirurgicales sur l’étendue du territoire togolais. Il n’en est rien. Dans une mise au point publiée sur les réseaux sociaux,  Dr Michel KODOM Président de l’organisation, a apporté un démenti formel à ces informations et clarifié la situation.

 

Tout est parti d’un courrier signé le 12 février dernier et adressé au président de l’ONG Aimes Afrique par le ministre de la Santé et de la Protection Sociale. Le Pr  Moustafa MIJIYAWA y déclare accusé réception  de sa demande d’autorisation de réalisation des missions médico-chirurgicales dans les 5 régions du pays. Le médecin indique cependant que celle-ci  manque de certaines clarifications, en occurrence les « localités des différentes régions à visiter, les lieux où les camps seront mis en place pour les soins ainsi que les informations sur les ressources dont AIMES-AFRIQUE dispose pour la réalisation des actions projetées » Le Pr MIJIYAWA souhaite donc que le Dr KODOM prenne attache avec son cabinet pour un échange « afin de mieux cadrer les activités projetées », dont il estime par ailleurs qu’elles perturbent parfois «  le fonctionnement du système de santé et plus particulièrement la gestion des   structures hospitalières ». En attendant, il dit ne pas donner l’autorisation escomptée par l’ONG, dont les équipes étaient prêtes à partir sur le terrain. 

CHOC.

Ce courrier du ministre de la Santé, interprété par certains médias comme une interdiction définitive des activités d’AIMES-AFRIQUE, a provoqué un véritable tollé au sein de l’opinion. Beaucoup ont déclaré être choqués par une telle décision, incompréhensible et scandaleuse selon eux.

En effet, il faut dire que les missions-médico-chirurgicales de l’ONG constituent un renouveau dans l’amélioration de la couverture sanitaire en milieu rural. Son action de proximité, symbolisée par la slogan « amener l’hôpital vers les populations », se manifeste de façon concrète dans les cantons, y compris les plus reculés, et reste très appréciée par les populations, soulagées de maux qu’elles trainent parfois depuis plusieurs années, faute de ressources matérielles et financières.

De fait, en 2015 ce sont plus 30.000 consultations que le Dr KODOM et son équipe ont effectuées, dont près de 3000 interventions chirurgicales réalisées avec succès. Sur 8 ans d’existence, entre 2007 et 2015, ce sont plus de 40.000 patients qui ont bénéficié des actions d’AIMES-AFRIQUE. Toutes les pathologies ont été concernées et les interventions ont été réparties à intervalles réguliers sur l’ensemble des régions du pays.

PROFESSIONNALISME :

Le sérieux et le professionnalisme des animateurs des missions de l’ONG ne sont plus à démontrer. A preuve, le nombre de plus en plus croissant des demandes ainsi que l’intérêt suscité par cette première en Afrique, y compris auprès de grandes organisations internationales, qui n’hésitent pas aujourd’hui à apporter leur soutien et assistance aux actions menées.

En outre, toutes les missions foraines depuis 2007 ont toujours été réalisées avec la collaboration du Ministère de la Santé à travers l’implication des Directeurs Préfectoraux de Santé ( DPS) à qui l’ONG laisse latitude de choisir et de proposer les localités dans lesquelles les consultations médicales spécialisées peuvent être réalisées. Les rapports sont systématiquement élaborés et remis aux premiers responsables ainsi qu’aux différents chefs de programmes et au Ministre de la Santé.

Par ailleurs, des  attestations et certificats de bonne exécution sont à chaque campagne signés dans les différentes structures sanitaires dans lesquelles les activités sont menées.  De fait, personne ne veut croire qu’une décision interdisant ces missions dont les premiers bénéficiaires sont les populations  les plus vulnérables puisse être prise. Michel KODOM pour sa part rassure quant à leur  poursuite et se déclare disponible pour cette discussion souhaitée par le Pr MIJIYAWA en vue d’améliorer le cadre des interventions. Pour l’heure, il est vrai, les équipes médicales attendent, « bistouris au pied », tout comme leurs patients dans les zones reculées du Togo, priant fort le ciel que tout redémarre très vite.