Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Manifestation des employés de la société Amina : une élection de délégués du personnel vire à la révolte

Une partie des manifestants Une partie des manifestants

Dans l’après-midi du vendredi 22 avril 2016, s’est attroupée une foule de personnes à l’entrée de la société AMINA. Cette foule était constituée essentiellement des employés de ladite société criant et protestant contre  l’élection  des délégués du personnel qui a eu lieu dans la journée.

Cette manifestation était menée par les employés qui ont  travaillé dans  la société pendant quinze ans. Ils  protestaient sur le fait qu’ils soient écartés du vote des délégués du personnel. Selon monsieur  Christophe ADJOGBLE, un des candidats en lice pour le poste de délégué, « un groupe d’employés de la maintenance  et ceux des magasins, en service il y a quinze ans, sont toujours payés par semaine et n’ont pas un statut acceptable dans la société. Ces employés ont été empêchés de voter. Ceux-ci ont profité donc  de l’occasion des élections des délégués pour faire entendre leur droit. Au moment du dépouillement, ils sont rentrés dans les salles et ont tout saccagé ».

Selon un  des manifestants,  « les délégués ont rapporté que le directeur général a dit qu’il ne les reconnaissait pas  et ils n’ont donc pas droit au vote et qu’il soutient qu’il a installé une usine de mèche et non de maintenance. Et  craignant pour notre lendemain incertain, compte tenu de notre fragilité dans la société, nous avons demandé que nous soyons  engagés au même titre que les autres employés. Face au refus du Directeur  nous avons donc décidé d’empêcher les élections des délégués car nous travaillons ici depuis plus d’une dizaine d’années et nous avons aussi droit, au même titre que les autres,  d’élire ceux qui vont défendre nos intérêts »

Par contre, pour monsieur AGBANAN, délégué sortant, c’est à la veille de l’élection  qu’il a été saisi des revendications et ayant approché le Directeur, il a été convenu avec ce dernier, que les revendications soient pris en compte après les élections compte tenu du retard et des moyens mis en place pour que ces élections aient lieu en ce jour. «Les manifestants ont malheureusement  attendu le moment de dépouillement pour saccager les urnes et l’élection reste ainsi sans résultat », a-t-il déclaré.