Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

UNIVERSITE DE LOME : DODJI KOKOROKO, EVIDEMMENT !

Depuis le 18 mai dernier, monsieur Dodzi Komla KOKOROKO est le nouveau Président de l’Université de Lomé, aux termes d’un décret pris par le Conseil des Ministres.  Il remplace à ce poste, le Pr Messanvi GBEASSOR qui l’occupait depuis octobre 2014. 

 

A moins de 40 ans, il devient le plus jeune Président d’Université de l’histoire de notre pays. Cette nomination est arrivée presqu’au même moment que celle de Malick NATCHABA, un autre trentenaire,  à la tête de la Société  Aéroportuaire de Lomé Tokoin (SALT). Commentaire d’un quadra, directeur de société qui connaît bien les deux hommes : «  Avec Dodji et Malick, les mots de Corneille selon lesquels aux âmes bien nées la valeur n’attend point le nombre des années prennnent tout leur sens ». Ajoutant amusé : «  la jeunesse prend enfin le pouvoir. Elle va faire montre de ce dont elle est capable parce qu’elle a de la qualité et de la compétence à revendre. »

Et de la compétence, le brillantissime Dodji KOKOROKO en a. L’un des plus jeunes agrégés de Droit public et de science en Afrique, professeur titulaire, il était jusqu’à sa nomination  vice-doyen de la Faculté de Droit, Directeur du Centre de Droit Public de l’Université de Lomé et Doyen élu de la Faculté de droit.  Excusez du peu !

Il est professeur invité aux Universités de Poitiers et de Bordeaux et professeur associé à plusieurs Universités africaines. Il est par ailleurs consultant international auprès de l’Organisation des Nations Unies (ONU) , du Programme des Nations Unies pour le Développement ( PNUD), de l’Organisation Internationale de la Francophonie ( OIF)  et de l’Union Européenne (UE).

Celui dont ses collègues disent qu’il a apporté de «  l’énergie, de l’innovation et de l’expertise pointue » à la faculté de droit, tandis que ses élèves peignent un « professeur qui te fait aimer le droit » est également spécialiste en droit de la gouvernance politique et en contentieux publics. Il est à ce titre l’auteur de plusieurs publications. Il a été par ailleurs, au plan national, membre de plusieurs comités de réflexion sur l’avenir des institutions publiques et de la gouvernance politique.

 

Le très discret  « Dodji » aura la lourde charge de gérer la plus vieille et la plus grande université du Togo, avec ses 5 facultés, six écoles et 3 instituts. Et surtout ses étudiants, plus de 45.000, selon les derniers chiffres disponibles, avec leurs cycles de revendications et leurs mouvements d’humeur chroniques. « Celui dont la parole fait autorité lorsqu’il la prend comme s’il s’agit du droit » pour reprendre la description que fait de lui un de ses collègues saura certainement apporter beaucoup de modernité dans la gestion de l’Université de Lomé et ramener du calme, en éprouvant sa proximité avec les étudiants qu’il affectionne. «  Les étudiants l’apprécient beaucoup pour sa simplicité et son accessibilité ; et il le leur rend bien » rassure un administratif. Ce sera pour lui un atout. Il pourra sans doute compter aussi sur son cercle de collègues, enseignants à la Faculté de droit, surnommé «  la bande à Dodji » ou encore « l’écurie des talentueux », et qui ont tous les mêmes caractéristiques : brillants et jeunes.

A l’instar d’Adama  KPODAR, agrégé de Droit et Sciences Politiques, Vice Président de l’Université de Kara, Kossivi Hounaké frais émoulu du concours d’agrégation 2015, Jonas LAWSON, Max KUAKUVI, Marius TONTASSE, Elysée KOUPKPA, AFO SABI , tous docteurs en droit ou encore Raymond KALIPE, attaché temporaire d’enseignement et de recherche.