Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

Indiscret : Pourquoi «Dame Venus» a disparu du rond point de l’aéroport ?

Erigé au carrefour principal de l’aéroport de Lomé, le monument « Venus de Lomé » a été nuitamment déboulonné et remplacé par une décoration à l’effigie du sommet de Lomé. Qu’est-t-il advenu de la mystérieuse statue située à l’entrée principale du pays par voie aérienne ?

Selon des informations relayées par les médias, le monument «Venus de Lomé» est un don à la ville du directeur général de la Société Ceco BTP, M. Constantin Amouzou d’une valeur de 130 millions de FCFA. La société dit avoir conçu l’ouvrage pour mettre en valeur la beauté de la femme togolaise après s’être inspirée d’un ouvrage similaire perceptible à Dubaï.

Seulement, plus d’une année après la livraison du monument, l’ouvrage n’a jamais été dévoilé. Mieux, à chaque fois que le vent a voulu en révéler la splendeur, les concepteurs sont venus rattacher solidement les voiles. Avant la fatidique nuit où le monument a été arraché à l’affection de ceux qui espéraient pouvoir admirer pleinement un jour le joyau.

Il nous revient que le mystère autour du monument s’explique par une vieille prophétie d’un certain Israël  Dekpoe que distillent depuis un certain temps au sein de la population, un groupe de politicards. Selon la prophétie, les pères de l’indépendance du pays ont conclu un pacte avec la divinité Venus (Ablo en Éwé), pour les délivrer des Colons. C’est de là que découlerait le mot « Ablodé » qui signifie indépendance et dont l’étymologie proviendrait de « Ablo » et « De » qui veut dire, délivré par Venus en Ewé.

Pour les milieux chrétiens, ériger et dévoiler un tel monument à l’entrée principale du pays, équivaut non seulement à donner du crédit aux tenants de cette prophétie, mais aussi à consacrer le Togo définitivement à Venus.

C’est donc le lobby chrétien (un regroupement des Eglises charismatiques du Togo et du conseil chrétien du Togo, appuyé par l’Eglise Catholique) qui bénéficieraient d’une oreille très attentive auprès du locataire du « Palais », qui ont pesé de tous leurs poids auprès du Chef de l’Etat, chrétien lui même, pour que « La Venus de Lomé » ne soit jamais dévoilée et finisse déboulonné.

Comme quoi, même s’ils ne sont pas (encore) institutionnalisés ici, les lobbies ont le vent en poupe à Lomé également.

Reste à savoir, si la Venus atterrira dans un autre carrefour de la capitale ou finira à Sotouboua, dans la nouvelle cité en construction par la société CECO...

 

Qui est Vénus

Vénus, ou Aphrodite pour les grecs, est connue pour être la déesse de l’Amour et de la Beauté. Elle est l’une des déesses les plus influentes de la Mythologie et sa figure est souvent utilisée pour représenter le symbole de l’amour et de la beauté, et être le canon féminin idéal.

C’est une déesse qui depuis son origine est en lien avec la fécondité, et le charme, mais elle sera aussi associée à d’autres valeurs et prendra un caractère extrêmement complexe chez les romains, notamment en devenant déesse protectrice ou mère d’une dynastie. Il existe alors de nombreuses représentations de Vénus.

C’est en l’assimilant à Aphrodite qu’elle prend son caractère de déesse de l’Amour et de la Beauté.

Elle est représentée diversement avec de nombreux attributs à travers les âges.