Log in

Université de Lomé: Une bombe mal désamorcée

 

 

 

Pour faciliter l’accès à l’éducation supérieure, les Etats accordent aux étudiants des aides financières. Cependant, les étudiants de l’Université de Lomé (UL) estiment que les autorités togolaises affichent une mauvaise foi quant-au-versement de ce fond. Malgré que la deuxième tranche des aides scolaires viennent d’être sortie, d’aucuns disent n’avoir touché à aucune des deux tranches et ce malgré qu’ils rentrent dans les critères de bases. Pour cette raison, les étudiants envisagent de manifester dans les prochains jours.

La menace de manifestation planait depuis un bon moment sur le campus universitaire ; Cependant, après des discussions avec des délégués de facultés, les autorités universitaires étaient arrivées à lever la menace. La  dernière action qui était celui de débloquer des fonds pour la deuxième tranche dans le mois de Mai avait complètement dissuadé les étudiants de toutes manifestations. Toutefois, un certain nombre d’étudiants disent n’avoir obtenu aucunes de deux tranches. C’est  le cas de Mlle. Eugénie Dogbé, étudiante en 3ème année de sociologie. « Quand la première tranche était sortie, la mienne n’en faisait pas partie. Alors après l’avoir signalé au délégué, on m’avait demandé d’apporter mes relevés de notes. Pour les obtenir cela était un autre problème. Mais finalement, je les ai reçus et donnés à qui de droit. On n’était près d’une centaine dans cette situation. On nous avait assuré qu’après cette démarche, nos deux tranches sortiraient en même temps lors du prochain versement. Mais, cela fait plus d’un mois que l’argent de la 2ème tranche est sortie mais certains d’entre nous, non toujours rien sur leur compte », explique l’étudiante.

Les explications à cette situation sont également méconnues par les délégués de facultés. Toutefois, partageant avec leurs camarades des discours pacifiques et d’autres options come celui d’aller soi-même à la DBS (Direction des Bourses et Stages) de Lomé pour  régulariser la situation, la tension reste palpable. « Aller au campus nous revient très chère. Cela est due au faite que beaucoup d’entre nous ne peut plus compter sur l’aide parental. Ils disent que nous sommes assez âgés pour nous prendre en charge tout seul, en plus les tranches sont pour eux nos portes de sorties », déclare komlan Kapi, l’étudiant en Histoire. De ce fait, les étudiants estiment que la lutte pour entrer dans leur droit n’est pas une chose futile.