Log in

Santé/Afrique : Partage d’expériences pour booster la politique de santé sexuelle de la reproduction et du planning familiale

Les pays de la sous région de l’Afrique de l’Ouest et du centre accusent un retard considérable quant à l’atteinte des objectifs 4 et 5 du millenium selon les Systèmes des Nations Unies. Pour changer de cap, un atelier de trois jours se tient depuis ce 19 Aout au sein de l’hôtel Sarakawa à Lomé entre 14 de ses pays. Avec pour principal objectif l’établissement d’un plan d’action régional en adéquation avec les réalités de chaque pays en matière d’accessibilité aux services de santé sexuelle et de la reproduction, de celle maternelle et du planning familiale, le partage d’expérience entre les états est au cœur du rendez-vous.

Dans la sous région ouest africaine et du centre, 86% des femmes enceintes ayant besoin des soins obstétricaux d’urgence ne les reçoivent pas, ou du moins pas de façon efficace; le taux de prévalence contraceptive a une moyenne de 10%  et les besoins non satisfaits en contraception sont de 25%. Pour Dr Nestor Pepe Azandegbe, conseiller sénior en santé maternelle WCARO-UNFPA, ces résultats sont dus à l’insuffisance du personnel qualifié et d’équipements en matière de prestation de soins. Toutefois, ces résultats sont imputés aux pesanteurs socio culturel par les autorités togolaises. « Malgré le fort engagement des décideurs politiques, et les multiples initiatives prises par nos pays et nos institutions régionales, des pesanteurs socioculturelles continuent de constituer des obstacles importants sur la voie du progrès social de nos communautés », déclare la ministre de l’Action Social de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Tchabinandi Kolani yentchare.
Cependant, une conclusion s’impose à tous. « Il est aujourd’hui intolérable qu’une femme perde la vie en voulant donner la vie, et ce, du fait de l’indisponibilité des services appropriés », indique le ministre. « En effet,  nous sommes la région du monde où les femmes continuent de mourir de causes évitables de même que les enfants. Or le progrès de la science et de la médecine ces dix dernières années permettent aujourd’hui de mettre en œuvre des actions concrètes sur le terrain qui permettra d’améliorer santé et le bien être des femmes et des enfants », réitère le Dr Nestor Pepe Azandegbe  .

L’accès aux services de la santé sexuelle et de la reproduction est un droit fondamental. Cela dit, l’amélioration de la santé maternelle augmente la productivité d’un pays et l’accès aux services de santé est un chemin d’or pour la croissance économique. « D’où l’importance de l’intégration du service de santé de la reproduction en tenant compte  des Droits humaines », indique le Dr Gaston Ahounou. En effet, depuis une dizaine d’années,  la santé sexuelle et de la reproduction est au cœur des politiques de développement de tous les pays. La santé maternelle et de l’enfant Le planning familial est le premier pilier de la réduction de la mortalité maternelle,  à côté des autres qui sont : l’accouchement par du personnel qualifié et les soins obstétricaux et néonataux d’urgence. « C’est pour cela que nous demandons aux gouvernants de renforcer leurs actions en matière de formation des prestataires de soins notamment les sages femmes, les infirmiers et les médecins pour prédiquer des soins de qualités aux populations. Il faut que cela soit accompagné d’équipements nécessaires à la prestation de soin de qualité dans un environnement vraiment favorable et que les centres sanitaire soit aussi installé dans les coins reculés », lance le Dr aux gouvernants en guise d’invitation.

Par ailleurs, la tenue de cette rencontre, initiative du Fonds des Nations Unies pour les Populations (UNFPA) revêt un intérêt capital pour les états participants. Le Benin, le Burkina-Faso, le Cameroun, le Tchad, la côte d’Ivoire, la Gambie, la Guinée, le Libéria, le Mali, le Niger, le Nigéria, Le Sénégal, La sierra Leone et le Togo, en sont les pays participants. Le Ghana et la Mauritanie n’ont pas pu faire le déplacement, informe les organisateurs.