Log in

Renforcement de compétences de 24 prestataires des maternités sur les fonctions du SONU

24 prestataires de soins obstétricaux issus de 22 formations sanitaires des cinq régions du Togo ont bénéficié de dix jours de formations en guise d’une remise à niveau. La séance de clôture de cette activité a eu lieu ce 19 juin au CHU Olympio avec une remise de certificats et de matériels  aux participantes.

« Ces dix jours de formation ont porté sur l’acquisition de compétences et également le renforcement de certaines compétences en gestions des urgences obstétricales et néonatales qui sont meurtrières pour la femme au cours de la grossesse, pendant l’accouchement ou après l’accouchement », indique le professeur Akpadza koffi. En effet, l’urgence néonatale peut être meurtrière également pour le nouveau né  lorsque les soins prodigués ne sont pas de qualité.

Par ailleurs, les compétences retenus pour cette formation sont au nombre de six. Elles vont de la maitrise des outils et techniques intervenants dans la suivie d’une grossesse au bien être de la mère et de l’enfant après l’accouchement. L’aspiration manuelle intra utérin (technique de l’évacuation de l’utérus des restes de l’avortement),  le pantographe (outil utilisé pour surveiller le travail d’accouchement), l’application de ventouse (instrument utilisé pour extraire un nouveau qui n’arrive pas être totalement expulser par sa mère), prévention de l’hémorragie de la délivrance (technique de prévention et gestion de cette hémorragie), assistance des nouveaux nés qui ne respirent pas et la gestion des cas des femmes convulsive, sont les principaux composants de cette formation.  Identifiés comme étant les principaux tars des formations sanitaires, les organisateurs ont donné, à cet effet, aux participants des cours théoriques et pratiques pour la bonne maîtrise de ses outils et techniques. « J’ai beaucoup appris en ces dix jours. La réanimation d’un nouveau né, l’aspiration par la ventouse, en sont mes principaux acquisitions. Je n’avais pas au début ces compétences au début. Maintenant par la grâce de Dieu je repars dans mon village (Mandjouré) avec ces acquis », déclare, Gévan Essohanam, une participante en provenance de la préfecture de Kpindal, logé au nord du Togo.

D’un montant total de 11 millions de F Cfa, cette formation est une initiative des Fonds des nations Unies pour les populations (UNFPA). Cependant, ce fond n’inclut pas les matériels remis aux participants et qui sont d’une valeur de 6 millions de FCFA environs. En effet,  un cas d’urgence mal traités peuvent porter préjudice à la femme en termes de pronostique vital et même en terme d’avenir obstétrical. Pire, ces femmes peuvent en mourir d’hémorragie ou d’infections.
Notons que le SONU est l’association de la composante néonatale à celle de la santé maternelle.