Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
Log in

JOURNEE AFRICAINE DE LA JEUNESSE : Mme DOGBE plaide pour un environnement propice aux initiatives de la jeunesse.

Le continent africain a célébré ce 01er novembre, la 10è  édition de la Journée africaine de la Jeunesse, placée sous le thème : «  Année africaine des droits de l’homme en vue de la réalisation de l’Agenda 2063 – l’Afrique que nous voulons » Dans un message rendu public à l’occasion, la Ministre du Développement à la Base, de l’Artisanat, de la Jeunesse et de l’Emploi des Jeunes, madame Victoire DOGBE a adressé la reconnaissance du gouvernement togolais à l’ensemble  de la jeunesse africaine et celle du Togo en particulier pour sa précieuse contribution à l’émergence de notre continent.

Pour Mme Victoire DOGBE, les jeunes sont la clé de la renaissance africaine et constituent les acteurs essentiels  de la transformation multiforme dont le continent  ne peut faire l’économie. Aussi, plaide-telle pour la «  création d’un environnement favorable permettant aux jeunes de prospérer, d’exercer leurs droits, de retrouver de l’espoir et le sentiment d’appartenir à une communauté et de jouer leur rôle d’acteurs sociaux responsables ».

Selon la ministre, cette 10 édition devra résonner comme un rappel de notre responsabilité collective ;  celle d’investir dans le potentiel de la jeunesse africaine afin qu’elle puisse contribuer à la construction d’une Afrique prospère. « La Commission de l’Union Africaine nous invite cette année à célébrer la journée de la jeunesse autour du thème des droits de l’homme tout en mettant un accent particulier sur les jeunes femmes.
Ce thème s’inscrit parfaitement dans la politique de jeunesse du Togo dont l’un des objectifs est d’offrir aux jeunes, sans distinction de sexe, les mêmes chances et expériences leur permettant de développer les connaissances, les compétences et le savoir-faire nécessaires dans tous les domaines de la société »
écrit-elle.

Madame DOGBE y voit l’invitation  non seulement à assurer aux jeunes la pleine jouissance de leurs droits mais aussi à encourager leur engagement pour la défense de ces droits. Aussi, souhaite-t-elle que tous les acteurs se saisissent de cette occasion pour réfléchir  afin de trouver les moyens pertinents de promotion, de participation et d’implication des jeunes, notamment des jeunes filles dans les questions liées à la démocratie, à la bonne gouvernance, aux droits de l’homme et à la liberté d’expression.

L’ex-fonctionnaire des Nations Unies est convaincue que pour capitaliser  sur le potentiel que les jeunes constituent, et plus particulièrement les jeunes filles, il est indispensable d’adopter des mesures afin de garantir la jouissance pleine et entière de leurs droits dans nos communautés. Aussi, a-t-elle lancé un    appel á tous les acteurs de la société à travailler avec le gouvernement pour garantir et protéger les droits de tous les jeunes - hommes et femmes - dans notre pays. Tout en rappelant  à tous les jeunes togolais que leur «  engagement et leur participation active dans la promotion des droits de l’homme leur garantit la protection de leurs propres droits. »

Elle a donc exhorté la jeunesse à  s’investir dans la lutte contre la violation des droits de l’homme et à œuvrer au sein de leurs associations et réseaux pour participer de manière concrète à la consolidation de l’Etat de droit et de la démocratie au Togo. Mais a-t-elle ajouté, « ceci n’est possible que si les jeunes inscrivent leurs actions dans une dynamique nouvelle et s’engagent à soutenir la mise en œuvre des politiques et stratégies qui promeuvent l’égalité des chances pour tous les citoyens ».