Log in

PORTRAIT : KOLLINS ; ARTISTE, COMPOSITEUR ET ARRANGEUR

  • Written by Wilfried ADEGNIKA

Nourri par des sonorités chaleureuses du gospel, Kollins est devenu l’un des artistes les plus influents de la musique afro-urbaine togolaise grâce à sa voix unique, haute et sensuelle, et son indéniable charisme personnel.

Il est jeune, élégant, beau, et a un timbre de voix unique .Né à Lomé du couple Yao et  Devé AGEGEE, le jeune artiste originaire de la ville de Noepé, affectueusement appelé par ses proches Kokovi, a été initié très tôt à la musique entre 1996-1997. A l’époque, il suivait sa maman qui se rendait aux répétitions de la chorale de l’église. Assis dans un coin, Kokovi fredonnait aussi les chansons que répétait la chorale.

Apres son BAC série G3 obtenu en 2009,  le jeune Kollins, à cause de certaines difficultés, n’a pas pu poursuivre les études supérieures mais s’est plutôt adonné à sa passion, la musique en tant qu’arrangeur.

« J’ai commencé avec l’ordinateur portable et dans le salon de mon meilleur ami et frère Smalto avec le logiciel Fruityloops », explique-t-il. S’en suit son passage dans le studio de Gino, celui de Akhouse Communication, du collectif SB One pour terminer sa course dans son propre studio aujourd’hui « No Be For Mouth » où il manipule avec dextérité les boutons.

Jetant un regard sur l’univers musical togolais, Kollins  dénonce le comportement de certains animateurs, promoteurs culturels qui, selon lui, sont très corrompus. L’artiste dénonce le fait que ces derniers aiment que les artistes leur fassent « la courbette » ou encore leur « graissent la patte » avant qu’ils ne veuillent les aider : « Nous sommes tous des Togolais et l’on ne doit pas attendre quelque chose de l’artiste avant de l’aider à propulser sa carrière », dit-il. « Parfois lors des soirées ou des évènements, il y a des animateurs ou promoteurs culturels qui restent dans leur coin et se disent si l’artiste-là ne vient pas me saluer je ne jouerai plus sa musique ou je ferai plus sa promotion pour ainsi obliger l’artiste à courir derrière eux», déplore-t-il.

 

Le déclic

Reprenant  les paroles d’une chanson dont il venait de composer pour un ami, Kollins est repéré par l’ingénieur de son studio. Khelly du groupe Front West lui fait la proposition de se joindre à son ami pour un duo. «  J’ai commencé par-là, et je ne savais pas que devrais faire carrière », explique celui qui fait partie des meilleurs voix aujourd’hui de la musique afro-urbaine au Togo.  

« Je ne traine pas beaucoup avec les autres artistes car notre milieu est très dangereux et je ne me fais pas de nouveaux amis», explique Kollins parlant de ses relations avec ses confrères.

Toutefois il rassure qu’il n’a pas de soucis particulier avec un artiste. Pour Martial promoteur culturel, l’artiste est toujours refermé sur lui-même : « Il est trop réservé et il faut parfois vraiment le bousculer pour qu’il sorte de sa coquille  mais cela n’empêche pas qu’il soit un bon artiste-arrangeur. »

Le quotidien de l’artiste est rythmé par les activités autour de la musique. Trois à quatre heures pour le studio. Le reste de la journée est réservé à d’autres business. En fin de journée, Kollins fait du sport pur se maintenir en forme.

 

L’artiste et la religion

Très pieux et porté sur la religion, Kollins ne cesse de clamer haut et fort et avec toute la fierté possible « J’adore Dieu, j’aime Dieu et je pense que c’est seulement lui qu’il faut suivre ». L’artiste envisage même de faire carrière rien qu’en gospel dans les années à venir : « Je dis toujours aux gens que je vais arrêter de faire les musiques du monde et je vais me lancer à fond dans le gospel. C’est dans ça je me vois dans l’avenir », confie-t-il.

Le message qu’il livre à ses fans surtout aux jeunes qui aiment sa musique est de suivre Dieu car pour lui en tant que jeune, on a tendance à courir après des choses éphémères en laissant de coté les plus importantes. De ce fait il est important pour lui de ne pas « oublier d’où on vient »

Smalto, son meilleur ami le décrit comme un jeune ayant du potentiel et un don pour la musique. « Ce que j’aime chez lui, c’est comment il adore Dieu. C’est rare de voir des artistes avec cette foi. Pour lui c’est d’abord Dieu et ensuite vient la musique »

Kollins estime que le plus important pour être un bon arrangeur c’est d’abord l’amour de la chose musicale.

De fait, Kollins a réalisé l’arrangement de plusieurs artistes à l’instar de Papou, Willy Baby, Toussaint et même le groupe Magic System à qui il a composé le morceau « ma mélodie », titre numéro 8 sur leur nouvel album.

Il aime écouter les chansons des autres artistes comme Toofan, Mic Flames, Willy Baby, Chris Brown, Wizkid

Des collaborations, il en a fait beaucoup aussi bien avec des nationaux comme Toofan, Sikavi Lauress qu’avec des artistes étrangers comme Daimant Noir du Bénin, Korede Bello du Nigéria et Dj Arafat de la Côte d’ivoire.

Pour ce qui est de la musique togolaise, il trouve qu’il y a une nette amélioration. « Je pense que la musique togolaise a assez évolué vu qu’on trouve aujourd’hui des gens qui font des trucs intéressants en matière de qualité du texte, de l’instrumental et surtout de la vidéo » affirme-t-il.

 

Jeff Attiogbe

La rencontre avec Jeff Attiogbe qui est aujourd’hui non seulement son réalisateur et producteur mais aussi « un grand frère » pour l’artiste, s’est faite en 2011. Ayant écouté un de ses morceaux sur un site internet faisant la promotion de la musique togolaise, Jeff Attiogbe, personnalité connue dans le monde de la musique, a été séduit par le travail de Kollins et lors du séjour des Toofan aux USA il a tenté de recueillir des informations sur lui auprès d’eux. Les Toofan lui ont fait écouter d’autres titres de Kollins et finalement le contact a été établi par l’intermédiaire de Richou Kingston, son manager.

Cette collaboration offre de nouvelles perspectives de carrière à Kollins. L’artiste ne dispose pas encore d’album à son actif sauf bien sur celui réalisé en collaboration avec le collectif SBOne. Depuis sa rencontre avec Jeff, il compte à son actif six  singles : Withyou, Shake it, Luna, Together forever, OMG et Kpangogo.

Il promet le lancement dans les prochains jours d’un nouveau single titré « Atalawoe » et au plus tard fin avril un tout premier album. Que de promesses pour les fans...