Log in

Portrait : King Ghetto Mik, artiste de God’s Song

Il a  l’élégance de sa musique. Virile et séducteur. Il ne s’agit pas seulement de physique, allure hip hop, cheveux toujours nattés... Surtout volubile, il laisse deviner une réflexion intense, un regard plus ou moins distancié, mais qui traduit de l’émotion. Et n’est-ce pas, en somme, ce qu’on demande à un artiste ?

Il a commencé la musique très jeune, sa première chanson il l’a composé à l’âge de douze(12)  ans suite au décès d’un être qu’il déclare lui être très cher.  Déjà après son BEPC il voulait abandonner les  études mais suborné par sa mère qui joua sur le fait qu’il aimait porter des chaussures basket lui en achetèrent pour l’encourager à continuer le lycée.  Cet enchantement ne fit pas long feu, arrivé en classe de première l’artiste retourna vers la maman pour lui signifier sa décision de surseoir défitivement ses études afin de se consacrer entièrement à sa carrière musicale.

De Kloxal à Ghetto Mik

Il a tenté en 1997 un featuring avec le groupe Kloxal constitué que des frères DEGBE à l’époque mais malheureusement ledit morceau qui ne sort pas du studio suite au voyage des frères en France. Il récidive en 1999 en créant son groupe Microphone Soldiers constitués de deux autres garçons et une fille et sortirent en 2003 l’unique chanson du groupe portant le même nom que le groupe. Cette chanson loin de se figurer sur le compil Hop Row Records sorti à l’époque a connu quand même sa promotion grâce au dit label qui n’hésitait  pas à les inviter sur les spectacles qu’il organisait. Il prit ses distances avec le groupe et commença sa carrière solo en 2004. Le grand pouce lui a été donné par Jimi Hope artiste togolais faisant du rock,  suite à une rencontre avec ce dernier et l’artiste n’hésite pas  à le dire : « J’ai rencontré le grand frère Jimi Hope en 2005 et après avoir beaucoup travaillé avec lui, il m’a donné beaucoup de conseils et m’a même invité sur un spectacle à l’hôtel Sarakawa mais en ce moment on me connaissait sous le nom de Melka ».

Sa tendance  à faire ses textes en anglais lui vient aussi des conseils comme il l’affirme : « Avant mes textes étaient en français et je m’amusais à chanter en  l’anglais. Mais lors de nos échanges,  le grand frère Jimi Hope m’a conseillé d’exceller en ce quoi je suis plus à l’aise et qu’il avait remarqué que je me débrouillais bien en anglais donc  de plutôt chanter en anglais. Conseil que j’ai suivi surtout qu’il m’est plus facile de chanter en anglais. Il n’y a rien d’extraordinaire à ce niveau. ». C’est en 2007, rentrant chez lui avec son ami One God après être sorti du studio « 3e dimension » où il venait d’enregistrer sa chanson « Do you feel it » que l’inspiration lui est venue de prendre le nom d’artiste Ghetto Mik. Et c’est ce morceau qui le fit découvrir par le public lors de sa première montée sur scène en tant que Ghetto Mik au cours  d’un récital au Collège Protestant de Lomé en la même année. Il lance son propre studio en 2009 sous le label de Soldiers Music Records qui évolua en Soldiers Music Entertaintment d’où sortit son premier album The warning (l’avertissement ndlr) sur lequel on pouvait retrouver des morceaux comme Do you feel it ; Ahoevi ; Kpakpato et son fameux featuring avec le rappeur burkinabè Smokey, African reality.

Le revirement

Alors qu’il préparait la sortie de son second album The warning Chapter II, Ghetto Mik eut un grave accident qui a failli lui coûter la vie le 1er Juillet 2014. Il passa quelques jours dans le coma et après son rétablissement, il décida de dévouer son talent musical à Dieu. Ainsi intervient une totale métamorphose dans la vie de l’artiste passant par son nom Ghetto Mik devenu King Ghetto Mik au nom de son label  Soldiers Music Entertaintment qui devient  God is Real Music Group. Connu comme artiste hip hop faisant du hardcore, King Ghetto Mik se voit aujourd’hui chanter Dieu.

Il appelle son nouveau genre musical God’s Song bien différent du gospel traditionnel car pour lui : « Je chante Dieu dans mes chansons mais ce ne sont pas des louanges que je fais. Donc je ne peux pas dire que je m’inscris désormais dans le gospel mais plutôt dans le God’s Song. » Il se dit serein et que rien ne change dans sa prestance musicale sauf qu’il a élargi son univers musical en côtoyant les artistes Gospel qui lui ont réservé un accueil chaleureux qui l’a beaucoup surpris : «  J’ai été étonné de me rendre compte que les artistes gospel me connaissaient en tant que Ghetto Mik ». 

Ce changement a surpris plus d’un, mais pour ses proches l’artiste est toujours le même et n’a rien perdu de son talent comme en témoigne Alain Mouaka journaliste et promoteur culturel qui a connu l’artiste dès ses débuts : « Ghetto Mik devenu aujourd’hui King Gheto Mik est un artiste qui peut s’exprimer quel que soit le registre musical et là est  sa force en dehors de son flow.  Je pense que sa vision de la musique est loin de l’attente du mélomane, La preuve son virage au chant et texte pieux où  l’on ne l’attendait pas a surpris plus d’un mais ça  n’enlève en rien sa passion pour la musique  et son inspiration. ». Pour Blaise aka Blaizyzy qui côtoie l’artiste depuis un moment, il est plein de talent et plein de sagesse et n’hésite pas à affirmer : « il donne beaucoup de conseils malgré son jeune âge, on dirait qu’il a eu beaucoup d’expériences dans sa vie c’est un sage. Toutefois  le seul défaut que j’ai décelé chez lui est qu’il parle beaucoup (rire…) ».

De cette nouvelle aventure de l’artiste, l’on peut déjà délecter des titres comme Jesus is Lord et Fire sortis simultanément en janvier et mai 2016,  en attendant la sortie de son futur album « The begining ».

L’on peut toujours faire un tour sur sa page facebook King Ghetto Mik Official pour suivre les actualités concernant l’artiste.