Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 990
Log in

…Et Kodjo réédite "le panafricanisme rationalisé"

La couverture du livre La couverture du livre

« …Et demain l’Afrique », l’ouvrage mythique de l’ancien Premier Ministre Togolais Edem Kodjo  vient d’être réédité une trentaine  d’années après sa parution en 1985 aux éditions Stock.  Dans cet ouvrage de 400 pages totalement dévouées au développement de l’Afrique, l’ancien Secrétaire Général de l’OUA    « dévoile les grandes lignes du panafricanisme rationalisé et du régionalisme, seul gage de développement pour le continent Africain ».

« Cet ouvrage, méritait une réédition in extenso, trente années après  sa parution, alors que son contenu qui pouvait paraître   prémonitoire sur de nombreux plans, se relève aujourd’hui, plus que jamais d’actualité » a expliqué l’auteur à la cérémonie de présentation du livre ce lundi devant un parterre de personnalités politiques, et littéraires du Togo.  Un livre qui n’a pris aucune ride, selon le critique littéraire Prof Guy Missodé, qui constate -en même temps que le public présent- que les problématiques et inquiétudes relevés  par la version originale de 1985 de l’œuvre sont restés intacts trois décennies plus tard.

Aussi, l’œuvre se veut-elle, non seulement un regard critique et sévère sur le passé et le présent de l’Afrique, mais aussi -et surtout- un regard sur ce qu’elle devrait dans le futur.  « …Et demain l’Afrique » revêt alors « une valeur testimoniale » et reste une exhortation à l’action surtout adressé à la jeunesse togolaise et africaine qui devra prendre en main la destinée du continent et  trouver à l’Africain une place dans le monde futur.

Edem Kodjo reste l’un des derniers défendeurs du panafricanisme. Il est actuellement membre du Panel des Sages de l’Union Africaine et président du Forum Panafricain pour la Paix et le Développement « PAXAFRICANA ». Son ouvrage …Et demain l’Africain  est par ailleurs inscrit au programme de plusieurs universités africaines depuis 1985 mais n’est paradoxalement pas étudié au Togo à cause du contexte politique qui prévalait dans le pays à sa parution.