Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

FITAP outille les journalistes culturels sur le critique d’art

Le journaliste critique d’art est une sorte « d’intermédiaire éclairé » entre les artistes et le public, lecteurs auditeurs ou spectateurs. Il possède un savoir sur l’art et un savoir-faire (savoir écrire, avoir un style). Comme tel, il suppose une formation. Or, sur le terrain, le constat est tout autre. Beaucoup de journalistes ont des lacunes. Quand ils assistent à un spectacle, ils ont des problèmes pour analyser et apporter le spectacle au public.

C’est le constat de cette lacune qui a poussé le Festival international de théâtre et d’arts plastiques (FITAP) a initié à l’intention d’une vingtaine de journalistes une formation.

Le but est de donner plus d’élan à la professionnalisation du secteur du journalisme culturel et renforcer les capacités des participants en analyse critique des spectacles des arts vivant en particulier le théâtre, la danse,  la musique et des arts plastiques.

Pour la directrice du FITAP, Mme Constance Togbonou « dans nos activités, le constat est que notre pays dispose de peu de journalistes critiques d’art comparativement à ceux de la sous région. Nous voulons à travers cette formation les accompagner dans le domaine pour que lors des festivals, ils puissent participer ou avoir des éléments importants pour faire des critiques sur une œuvre d’art », a-t-elle déclaré avant de poursuivre qu’ils suivront les journalistes participants dans la mise en œuvre des formations reçues.

Formation pratique a été dispensée par le professeur Apedo-Amah Togoata, professeur des universités publiques du Togo, M. Amévi Dabla consultant média et M. Djanguenane Nayondjoua, président de la Commission nationale de la Francophonie.

 Pour le professeur Togoata, il n’y a pas de diffusion de l’art sans les critiques au sein des médias. C’est pourquoi, dit-il, « le rôle du journaliste critique c’est de faire aimer l’art, il doit faire partager le plaisir qu’il a eu, mais parfois quand c’est mauvais aussi relever les faiblesses de ce qu’il a vu ».

La diffusion de l’art, de la culture a besoin des acteurs des médias pour qu’elle puisse parvenir à tous les citoyens sur tout le territoire. La  démocratisation de l’art et de la culture se fait  à travers les médias.

« Tant que les médias ne se mêle de cette affaire, l’art demeurera le privilège d’une petite élite or nous avons besoin pour le développement d’un pays  que l’art  soit démocratisé, que la culture puisse arriver dans tous les foyers, atteindre chaque citoyen, que chaque citoyen considère la culture comme  une nourriture de l’esprit », a souligné le professeur.

Notons que cette formation rentre dans le cadre d’une série de formation initiée par FITAP en prélude à la tenue du 08 au 12 novembre 2016 du Festival international de théâtres et d’arts plastiques (FITAP).

FITAP est un biennal initié par la Compagnie « Nouvelles Etoiles » qui se déroule depuis 1999. Depuis cette date, le festival a accueilli 164 compagnies de théâtres et d danses, 48 musiciens, 77 artistes, peintres, vendeurs d’objets d’arts et 29 groupes folkloriques en provenance de 26 pays.