Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
A+ A A-

Félicité Kakaga SAGUINTAAH, togolaise résidente aux Etats-Unis :

Félicité Kakaga SANGUITAAH Félicité Kakaga SANGUITAAH

« Je déplore qu’avec une carte de $5 je communique moins de 20 minutes avec le Togo alors qu’avec le même montant nos frères africains peuvent faire une heure voire plus de communication avec leurs pays ».

Environ deux millions de Togolais vivent hors du territoire national. Considéré comme la sixième région du pays, ces Togolais bien qu’étant une force économique non négligeable par l’apport financier qu’ils accordent au pays,  n’ont pas souvent une pouvoir de décision au pays et n’ont plus droit à la parole.

A cette frange importante de notre pays, Focus Infos a décidé de leur donner la parole pour s’exprimer sur les sujets qui leur tiennent à cœur.

Pour ce premier numéro, nous donnons la parole à Félicité Kakaga SAGUINTAAH, une Togolaise qui vit aux Etats-Unis depuis  cinq ans.

Pour cette Togolaise qui aime garder le contact avec sa terre nationale, la cherté du coût de la communication est un facteur décourageant. Elle exhorte les autorités togolaises à baisser le coût de la communication dans le pays. Lire l’interview qu’elle nous a accordée.

Focus Infos : Présentez-vous à nos lecteurs ?

Félicité Kakaga SANGUITAAH : Je me nomme Félicité Kakaga SAGUINTAAH. Je vis à l’extérieur du pays, plus précisément aux Etats-Unis.

Combien d’année vivez-vous aux Etats-Unis ?

Je vis aux USA  depuis 5ans.

 Dans quel secteur d’activité êtes-vous aux Etats-Unis ?

Ici aux USA il n’y a pas un secteur fixe en ce qui concerne le travail. Le secteur du travail est diversifié et on peut changer du jour au lendemain en fonction de la paie, de la qualification ou de ses études faites à l’université. Cependant, depuis le secteur primaire au secteur tertiaire la structure hiérarchique est la même. Ici dans chaque unité nous avons la partie administrative et la partie production. Moi j ai été ménagère d’hôtel. J’ai travaillé sur une ligne de production. J’ai même travaillé dans une école. Aujourd’hui je travaille comme ménagère dans une boutique.

Comment maintenez-vous le contact avec la mère patrie ?

Il y a les réseaux sociaux qui nous permettent d’accéder facilement à la terre natale. Cependant je déplore le fait qu’une carte de $5 me fait moins de 20 minutes de communication avec le Togo alors  nos frères africains, au contraire, avec cette carte peuvent faire une heure voire au-delà en communiquant avec leurs pays. Si notre pays peut améliorer le coût de communication ça nous fera plaisir. J’ai ma famille au pays que je contacte souvent. Les amis je les retrouve sur les réseaux et ça me réchauffe le cœur. La vie d’individualisme ici est vraiment stressante.

 Qu’est-ce qui vous manque le plus du Togo aux Etats-Unis ?

Ma famille me manque beaucoup. Mes amis avec qui j’ai vécu dans le même milieu ou à l’école ou dans des groupes d’activités culturelles aussi.

Avez-vous des projets pour votre ville ou votre pays ?

 Bien sûr que oui nous avons des projets et on demande au Ciel de nous aider à les réaliser.

Comment envisagez-vous votre retour ?

Envisager un retour c’est un projet ici à long terme.

Le dernier mot est destiné à un membre de votre famille, un ami, une connaissance au Togo à qui vous voulez faire un coucou.

Je veux dire un mot à ma famille, je les porte dans le cœur.