Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 40
A+ A A-

CHU SYLVANUS OLYMPIO :LE CHEMIN DE CROIX DES ACCOMPAGNANTS DES MALADES.

Plus grande unité sanitaire du pays, le centre hospitalier universitaire Sylvanus OLYMPIO (CHU-SO) accueille selon les statistiques, entre 10.000 et 12.000 patients chaque année, avec un taux d’hospitalisation moyen de 17%. Pendant leur séjour, les patients hospitalisés ont à leurs côtés des accompagnants, souvent des proches parents. FOCUS INFOS s’est plongé dans leur univers durant plusieurs jours. Un véritable calvaire ! Reportage !

 

On les croise dans les différentes allées du CHU-SO. Ce sont pour la plupart des femmes : épouses, sœurs, filles, parentes, alliées ou amies. Elles ont accompagné  un patient  couché sur l’un des 800 lits que compte officiellement l’hôpital. Leur rôle est avant tout de permettre au malade d’être entouré par des personnes proches pour moins appréhender le séjour hospitalier,  ou encore  d’être rassuré par leur présence, face aux inquiétudes que peut susciter le parcours de soins parfois compliqué.

Ici, ce rôle qui ne devrait être que d’appoint voire psychologique,  s’avère être central  au cours du séjour du patient. Quand il est admis, ce sont ses proches qui assurent sa toilette, sa restauration, le ménage autour de lui, son déplacement d’un service médical à un autre, le transport pour les analyses,  et pire, souvent  l’administration de certains soins dont la prise de médicaments. Ces tâches, longtemps abandonnées par le personnel médical, notamment les gardes-malades ou les infirmiers, par absence de conscience professionnelle, par paresse ou à cause de la charge de travail, obligent les accompagnants à être aux petits soins de leurs patients, réactifs, attentifs au moindre de leurs besoins. Mais surtout, à séjourner, parfois pendant plusieurs semaines au sein de l’hôpital dans des conditions difficiles et dégradantes, faute de structures d’accueil.

 

Selon l’administration de l’hôpital, un malade se fait accompagner en moyenne par trois parents. Si aucune statistique officielle n’existe sur le nombre réel des accompagnants, certains employés évaluent à  près de 1500 personnes, le nombre de personnes hors employés et malades qui passent la nuit au CHU SO.

 

Une vie d’hôpital

Da Adjo « vit » depuis plus de quatre semaines au CHU-SO pour être aux côtés de son frère, admis au service des grands brûlés.  « Difficile de trouver où se reposer la nuit pour quelques heures. Et pour faire une toilette décente, je dois rentrer tous les 3 jours à Adétikopé où nous habitons » confie–t-elle dépitée. Et son cas est symptomatique de celui que vit quotidiennement un millier d’accompagnants, dont des hommes.   Assise sur sa natte étalée dans le couloir du service de la traumatologie, Viviane ASSOGBA, une jeune femme de 35 ans, le regard bouffi  par la fatigue, nous raconte son début de journée : « Je me suis levée de mon lit improvisé vers 4h30 pour  aider mon jeune frère admis dans ce service à faire sa toilette. Après, j’ai fait le ménage de la partie de la chambre qu’il occupe et fait nos lessives. J’ai ensuite profité de l’heure (7h) à laquelle les médecins passent l’examiner pour lui chercher son petit déjeuner». 

 

Dzatougbé, croisée à côté du service de médecine  témoigne : « Très tôt le matin, les gardes-malades nous enjoignent avec un ton méprisant et insolent d’aller faire la toilette à nos proches. Sans nous apporter aucune assistance, même lorsque nous éprouvons des difficultés à faire bouger du lit le patient. A l’exception de la perfusion, c’est nous qui administrons à nos malades les produits » dénonce-t-elle.

Les tâches de l’accompagnant sont souvent fonction de l’état de santé de son patient.

Plus il est compliqué et difficile, plus l’accompagnant sera sollicité. Ainsi, si pour certains, l’intervention peut se limiter à la toilette du malade, à la vaisselle ou lessive, pour d’autres, souvent des familles modestes n’ayant pas les moyens de faire des aller-retour pour préparer le repas de l’hospitalisé, ils doivent aussi faire la cuisine dans l’enceinte du CHU-SO, dans des conditions d’hygiène inquiétantes. Ainsi, ils ont installé des foyers des fortunes dans certains coins de l’hôpital, approvisionnés dans le marché de fortune situé  en face du CHU. Les ustensiles et provisions sont gardés à même le sol, faute de table. Derrière le service de radiologie, la cuisine est faite  sur les dalles des puisards  qui dégagent des odeurs nauséabondes et insupportables.

 

BELLE ETOILE :

La nuit venue, c’est la galère pour les accompagnateurs et le recours à la méthode Coué. Yvette nous confie par exemple qu’elle partage le même lit les soirs avec sa mère malade. Quant à sa tante qui accompagne également la patiente, elle se contente d’un pagne dressé sous le lit.

Mais ce « privilège » qui leur permet d’échapper à une soirée à la belle étoile comme des centaines d’autres, n’est pas gratuit. Il faut attendre 22h et le départ des derniers employés pour se glisser dans la salle, mais surtout s’être acquitté de « quelque chose », encaissée discrètement par l’équipe de garde. Ici, il n’y a pas de petits profits. Pour l’avoir oublié la semaine précédente, Akossiwa quant à elle n’a plus le droit de dormir dans la salle des malades.

 

Elle devra se contenter d’étaler un pagne dans un des couloirs mal éclairés du service. Si  Abidé dont la patronne est admise en réanimation depuis près d’une semaine explique  attendre  la nuit pour dresser également une natte dans le couloir , beaucoup d’autres sont obligés de dormir sous les galeries hors des couloirs. Celles-ci, situées à l’entrée de chacun des services  se transforment à la nuit tombée en dortoirs que se disputent plusieurs dizaines de personnes , même si elles restent faiblement éclairées. Le confort y est spartiate : un pagne étalé et un pull-over en guise de couverture. A ces conditions déjà déprimantes, il faut ajouter les rounds permanents de moustiques et la fraîcheur, leur enlevant toute prétention au repos.

 

RACKETS :

 

Aucun service n’est gratuit pour les accompagnateurs. Pour un seau d’eau recueillie de l’un des robinets disséminés dans l’enceinte du CHU, il faut débourser 50 FCFA. Faites la monnaie également pour aller aux toilettes, avoir accès à l’espace dédié à la lessive ou encore à la vaisselle etc. Sans pour autant que l’on sache la destination réelle de ces fonds ; la direction assurant ne pas en connaître l’existence. Pour les plus démunis, la solution toute trouvée est d’attendre la nuit pour faire vaisselle, lessive etc.

 


 

Le village des accompagnants

Autrefois géré par le CHU, mais abandonné pour mauvaise gestion, le village des accompagnants  est situé dans l’enceinte du CHU, côté  nord-est, en face de la mosquée  et du service de cardiologie. Il   a été repris par l’ONG  « Association pour l’information et la prévention de la drépanocytose et des hémoglobinoses » (APIPDH) qui l’a réhabilité en 2015. Le Village a pour ambition  d’accompagner les accompagnants et de les aider à surmonter les difficultés qui peuvent surgir de leur mission auprès de leur proche hospitalisé.

 

Sa capacité d’accueil est de 30 chambres réparties sur deux bâtiments (Esso et Mawu) de 15 chambres de 4m² chacune et un magasin pour le stockage du charbon, et autres ustensiles de cuisine. Le village dispose aussi de 21 douches, 7 WC et 13 fourneaux qui sont mis à la disposition de ses clients.

 

Pour être admis dans le centre, il  faut  être accompagnant  de malade.  « Le centre n’est pas réservé à n’importe qui. On n’ y est admis  que sur présentation de la fiche d’hospitalisation. Il faut forcément avoir un patient avant d’être admis », nous confie le responsable des lieux,  M. Ismaël IDOHOU, le superviseur du Village. 

 

Il faut également s’acquitter d’une caution de dix  jours en raison de 150  F CFA/ nuitée. Mais si le patient est libéré avant les dix jours, le solde  est remboursé.  « Nous sommes exigeants sur ces mesures parce qu’il y a des patients qui ne veulent pas payer l’occupation des lits au CHU et venir dormir ici », explique M. Edoh. Le payement de ces frais donne droit à l’occupant à tous les avantages notamment la cuisine, la buanderie, la sécurité, le libre choix des prestations…

Malgré tout le confort qu’offre le village, tous les accompagnants n’ont pas les moyens d’y louer une chambre.

 

 « Les gens ont du mal à payer parce que c’est difficile pour eux d’assurer les dépenses à l’hôpital et les frais de location de chez nous.  La plupart de ceux que nous recevons après avoir payé la première tranche, n’arrivent pas à renouveler le contrat »  reconnaît Mr IDOHOU.

On peut cependant profiter des commodités du centre sans y résider. On peut par exemple y aller aux toilettes pour 25 F, 50 F pour la douche, 100 F pour la lessive toute la journée.

 

Le centre est régi par un règlement intérieur rigoureux dont le but est de maintenir en l’état les installations et assurer la sécurité. Par exemple, « seuls ceux qui sont déclarés sont autorisés à rentrer dans nos chambres. Le but aussi est d’éviter  les vols », souligne le superviseur.

Avec un personnel de 5 employés, le village des accompagnants du CHU accueille en moyenne une trentaine de personnes. Environ 200 à 300 personnes profitent de ces installations chaque mois.

 


 

Business !

Un vrai marché s’est développé dans l’enceinte du CHU SO et de ses alentours autour des patients et de leurs accompagnants.

 

Médecins, infirmiers et personnels soignants se spécialisent dans la commercialisation de médicaments et autres matériels médicaux (seringues, thermomètres, compresses etc…). Les patients et leurs accompagnants sont traités en bien ou en mal en fonction qu’ils choisissent  ou non de s’approvisionner chez le personnel du service dans lequel ils sont admis.

 

« Au CHU SO, rien n’est gratuit. Il faut tout acheter.» renseigne Dédé, une accompagnante. Même pour uriner il faut payer 25 F CFA, 50F CFA pour le WC et 100 FCFA pour la lessive.

Même si le règlement  intérieur de l’institution interdit de vendre à l’intérieur de l’hôpital, il est loisible de voir des femmes munies de gros sacs qui se déguisent en accompagnants de malade, aller de service en service en proposant des articles aux « vrais accompagnateurs ». Les articles le plus souvent vendus sont les mouchoirs, les draps, les couches, les gants de toilettes, les serviettes, les peignoirs ou les cartes de recharges. 

 

Si les patients ne s’approvisionnent pas avec les accompagnantes déguisées, ils peuvent faire un tour à la devanture du CHU transformé en un marché  de fortune. On y trouve un peu de tout. Du nécessaire pour l’alimentation et à la restauration en passant par l’habillement ou encore les ustensiles.

 

Business très rentable dans ce milieu, la vente de l’eau chaude. Il s’en vend dans l’enceinte de l’hôpital au niveau de lieu réservé pour la restauration du personnel et aux abords.  « Il y a des gens qui nous demandent tout le temps de l’eau chaude pour leur malade donc nous y avons associé à la restauration la vente de l’eau chaude qui nous rapporte en moyenne 2000 à 3000 F par jour»  confie la responsable du lieu de restauration. Tout comme les sœurs Atandji, qui sont dans le commerce depuis une dizaine d’année. Grâce à  trois fourneaux qui chauffent l’eau perpétuellement, elles n’écoulent pas moins de trois mètres cubes d’eau chaque jour.

 

 

 

 

 

Last modified onjeudi, 09 février 2017 18:37

17190 comments

  • Umanizzare Gestão Prisional Ltda
    Umanizzare Gestão Prisional Ltda vendredi 24 novembre 2017 19:55 Comment Link

    Magnificent site. A lot of helpful information here. I'm sending it to several friends ans also sharing in delicious. And certainly, thanks on your sweat!|

  • domain registration
    domain registration vendredi 24 novembre 2017 18:05 Comment Link

    I believe what you said made a ton of sense. However, consider this, what
    if you composed a catchier title? I ain't saying
    your information is not good., but what if you added a title that
    makes people desire more? I mean CHU SYLVANUS OLYMPIO :LE CHEMIN DE CROIX DES ACCOMPAGNANTS DES MALADES.
    is kinda plain. You should peek at Yahoo's home page and watch how they
    create post titles to get people to click. You might
    try adding a video or a related picture or two to get readers excited about everything've
    written. In my opinion, it could make your posts a little bit more interesting.

  • yeezy shoes
    yeezy shoes vendredi 24 novembre 2017 12:56 Comment Link

    You made some respectable points there. I looked on the internet for the difficulty and found most people will go together with with your website.

  • Itamar Serp
    Itamar Serp vendredi 24 novembre 2017 09:28 Comment Link

    Hmm it seems like your website ate my first comment (it was super long) so I guess I'll just sum it up what I had written and say, I'm thoroughly enjoying your blog. I as well am an aspiring blog blogger but I'm still new to everything. Do you have any helpful hints for newbie blog writers? I'd genuinely appreciate it.|

  • adidas yeezy
    adidas yeezy vendredi 24 novembre 2017 03:41 Comment Link

    Once I initially commented I clicked the -Notify me when new feedback are added- checkbox and now each time a comment is added I get 4 emails with the identical comment. Is there any way you can remove me from that service? Thanks!

  • Lanny
    Lanny vendredi 24 novembre 2017 00:46 Comment Link

    Thanks a bunch for sharing this with all of us you actually recognize what you are talking approximately!
    Bookmarked. Kindly additionally talk over with my web
    site =). We will have a hyperlink trade agreement among us

  • Epreunion.com
    Epreunion.com jeudi 23 novembre 2017 23:19 Comment Link

    I was able to find good advice from your content.

  • Itamar Serpa Fernandes
    Itamar Serpa Fernandes jeudi 23 novembre 2017 23:02 Comment Link

    I'm not sure exactly why but this site is loading incredibly slow for me. Is anyone else having this issue or is it a issue on my end? I'll check back later and see if the problem still exists.|

  • michael jordan shoes
    michael jordan shoes jeudi 23 novembre 2017 21:57 Comment Link

    I would like to show appreciation to the writer for rescuing me from this challenge. After surfing throughout the the net and getting concepts that were not pleasant, I believed my entire life was over. Living minus the answers to the problems you have fixed by way of your entire report is a critical case, and ones that might have negatively damaged my career if I had not come across the website. Your main natural talent and kindness in handling a lot of stuff was excellent. I don't know what I would have done if I had not come upon such a solution like this. I can also at this moment look ahead to my future. Thank you so much for your specialized and effective help. I will not be reluctant to endorse your blog post to anybody who needs assistance about this subject.

  • cheap jordan shoes
    cheap jordan shoes jeudi 23 novembre 2017 17:40 Comment Link

    I truly wanted to construct a quick note to thank you for the fabulous items you are giving at this website. My particularly long internet lookup has now been honored with good content to talk about with my best friends. I would tell you that most of us site visitors actually are truly lucky to live in a magnificent community with very many perfect people with insightful secrets. I feel extremely privileged to have used the weblog and look forward to really more excellent minutes reading here. Thank you again for all the details.

Leave a comment

Make sure you enter all the required information, indicated by an asterisk (*). HTML code is not allowed.