Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

M. Eric Kwamivi Bonin, gérant du cabinet de coaching scolaire Kwamivi’s

Révélé au public togolais par une émission télé, le coaching est aujourd’hui en nette progression dans  la société togolaise avec plusieurs variations. Même s’il a plusieurs branches, rares sont les coachs qui explorent le domaine scolaire du coaching ou du développement personnel. Dans ce cadre Eric Kwamivi Bonin peut être considéré comme l’un des précurseurs puisqu’il dirige d’ailleurs  le premier cabinet  de coaching scolaire au Togo : « Kwamivi’s ».

Homme à plusieurs casquettes comme il aime à se définir, Eric Bonin  exerçait jusqu’alors la profession d’interprète-traducteur à Accra où il a côtoyé plusieurs personnalités. Ce riche parcourt lui a fait découvert une partie de sa personnalité portée vers   la compassion et la disposition à faire sortir ses semblables de leurs problèmes. Revenu au bercail à la demande de son géniteur, il prendra en main la gestion des entreprises familiales dont une école. De là, il découvre le coaching.

« Je suis arrivé au coaching par vocation et par sacerdoce », confie M. Eric Kwamivi Bonin qui trouve une dimension divine à son activité. « Pour moi être coach va au-delà du business. C’est une mission divine qui m’a été confiée par le Tout puissant et je ne peux ne pas le faire », poursuit-il enthousiasmé.

En effet, le coaching est un accompagnement offert à quelqu’un pour l’aider à découvrir, à développer et à exploiter au maximum sa potentialité. Le coach provoque donc l’action s ans y participer. S’agissant particulièrement du coaching scolaire, il s’agit d’aider les apprenants à découvrir  cette force, ce  potentiel qui sommeil en eux.

Selon le gérant  du cabinet Kwamivi’s chacun est né avec des  talents et ce talent n’a besoin que de certaines compétences pour pouvoir exploser et être mis au service de l’humanité entière. Or, tant qu’on pas découvert ce talent qui est en nous, on a beau accumuler les compétences, on aura cette sensation de pas être accompli, insiste-t-il.

C’est là qu’intervient le coach. Les apprenants sont aujourd’hui perdus dans un flot d’informations, ils ont alors besoin d’une voix expérimentée, celle du coach, pour les amener à trouver leur voies, à faire le bon choix. Le coach les amène à réfléchir autrement pour affronter  demain l’univers professionnel de plus en plus impitoyable.

Non seulement le coach aide l’apprenant à trouver sa voie, mais aussi aide le parent à retrouver son autorité. C’est dire que et les responsables d’établissement scolaire, les parents et les élèves surtout ceux en difficulté doivent solliciter le service du coach scolaire.

L’année dernière, témoigne le surveillant d’un collège privé de Lomé. A peine avons-nous entamé le second trimestre que nous étions obligés de nous séparer d’un de nos élèves pour indiscipline caractérisé. Ce qui peut paraitre surprenant  est que cet élève que nous avons renvoyé est revenu avec sa mère, non pas pour nous supplier pour le reprendre mais pour  appuyer notre décision de renvoie. Le coach Bonin qui a assisté à la scène et qui n’a pas non plus compris le ressentiment de la mère envers son propre enfant, après échange avec la mère, a plaidé pour  que l’élève soit repris, tout en proposant de le coacher.

« Il y a eu beaucoup d’amélioration chez cet élève. Aujourd’hui il est devenu rangé, discipliné, le contraire de ce qui lui a valu cette décision d’exclusion en milieu d’année », a indiqué le surveillant qui reconnait le travail abattu par le coach.

Les exemples de ce genre sont légions et pour M. Bonin lui-même, la clé de ces changements est que « l’apprenant qui arrive à mieux s’orienter, avoir un objectif précis pour sa vie devient plus discipliné, plus persévérant et réussi ». Et de poursuivre « La réussite ce n’est pas seulement l’école, ce n’est pas que les diplômes. C’est d’arriver à faire ce qu’on aime et pour faire ce qu’on aime, il faut se connaitre, il faut le découvrir. C’est le travail du coach ».

Même s’il se démarque du psychologue ou conseiller d’orientation, le coach fait appel de temps en temps à ces derniers pour renforcer le travail qu’il fait sur le terrain.

Avec un sens développé pour l’écoute, et le partage, le coach Bonin utilise la technique de programmation neurone linguistique. Une technique américaine qui permet de reprogrammer le cerveau en lui appliquant des méthodes faites par d’autres personnes qui ont réussi.

Bien que  le coach scolaire soit un peu inconnu aujourd’hui, ce n’est pas pour autant que le gérant du cabinet  Kwamivi’s  ne nourrit pas d’ambition. « Mon ambition, dit-il, c’est d’être utile pour mon pays et mon continent. Il faut  que la jeunesse africaine  puisse reconnaitre son talent, son potentiel pour accomplir de grand-chose. On n’a pas à aller chercher les grandes réalisations ailleurs. Nous avons ici tellement de potentiel que nous n’exploitons pas. Mon intention c’est d’aider cette jeunesse à découvrir son potentiel et les exploser pour le monde entier », conclut-il.

 

 

 

 

 

 

 

Last modified onjeudi, 12 mai 2016 15:04