Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 1000
Log in

Mme Esther KAMBIA, Directeur de JEDEL Gym Center

Un client du centre sous la direction de M. Kambia Un client du centre sous la direction de M. Kambia

 

 « Notre premier souci c’est d’aider les clients à se sentir à l’aise dans leur corps ».

 

Selon les données d’une étude réalisée en 2013 dans la préfecture de Tchaoudjo par la Direction régionale de la santé (DRS), 1104 personnes sont décédées au cours de cette année de diabète, 4281 personnes de tension artérielle, 104 d’insuffisance cardiaque. Or, la plupart de ces décès pourraient être évitée par la pratique d’une activité sportive.

Fort de ce constat et conscient de l’apport du sport sur le développement psychique et mental de l’individu que Mme KAMBIA Esther a ouvert dans la ville de Sokodé le 15 mars dernier un centre de gymnastique dénommé JEDEL Gym Center. Ce centre est une première dans la ville et plus globalement dans la partie septentrionale du pays. 

Même si on reconnait qu’il y a des prédispositions familiales qui ont déterminé cette activité chez la promotrice, il ne faut pas oublier que l’élément déclencheur a été sans conteste le fait qu’elle a été une enseignante  d’éducation physique et sportive, et  ensuite elle a exercé dans un centre de gym. L’expérience acquise dans ces domaines l’a motivé à ouvrir ce centre de gym.

« Un centre de gym c’est un tout qui permet aux gens de se sentir à l’aise dans leur corps », nous a-t-elle confié.

JEDEL Gym Center propose plusieurs services à ces clients notamment le coaching ou la manipulation des appareils, la relaxation du corps, la kinésithérapie ou la rééducation…

« On s’est dit qu’il faut aider la population de Tchaoudjo, les aider à pratiquer le sport, pour éliminer les déchets de l’organisme et permettre l’équilibre de l’organisme », déclare la directrice du centre.

Selon elle  la demande dans la ville est forte, et les gens demandent la  multiplication de tels centres. Mais le seul handicap, insiste-t-elle,   par pesanteurs culturelles les gens hésitent à venir s’inscrire.

L’objectif du centre à ce début est de convaincre surtout les femmes obèses, celles qui ont les maux de hanches  à s’adonner à la pratique du massage et à la relaxation du corps.

« Mais nous sommes dans une région musulmane, les gens croient qu’une musulmane n’est pas autorisée par la religion  à  s’habiller en maillot et venir faire du sport», a-t-elle indiqué avec regret même si elle reconnait que les mentalités sont en train d’évoluer.

« Mettre son corps en valeur, s’occuper de son corps, c’est primordial pour notre santé. Ça nous évite des maladies qui nous font courir à la pharmacie ».

Elle dément l’idée largement répandue selon laquelle un centre de gym est réservé à la haute classe.

«  Non ! Le centre de gym n’est pas réservé à la haute classe. C’est pour tout le monde », avoue-t-elle avant de poursuivre que dès fois ils sont obligés de procurer des soins à certaines personnes pour les soulager d’un  souci sans qu’elles ne les paient.

« Notre premier souci c’est de mettre à l’aise les gens, de les aider pour qu’ils se sentent à l’aise dans leur corps et quand nous y arrivons ça fait notre fierté. Quand les gens disent je suis venu dans ce centre et c’est grâce à vous que je commence par marcher ça nous fait plaisir, plaisir d’apporter un plus dans leur vie ».

Bien que le centre n’a seulement qu’un mois de vie, Mme KAMBIA nourrit d’ambition. Elle rêve  d’élargir ce centre. « Mon projet est plus grand que ce centre c’est les moyens qui m’ont limités. Mon projet c’est un centre où il y aura la piscine car la natation est un sport complet », nous confie-t-elle.

 

 

 

 

Last modified onmardi, 20 octobre 2015 00:53