Erreur
  • JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 989
A+ A A-

Interview: Mme Myriam Dossou, Directrice générale de l’Institut National de l’Assurance Maladie (INAM).

« Pour atteindre ses objectifs, l’INAM assume son profil d’entreprise moderne gérée dans les règles de l’art. »

Il  y a quelques mois, l’Institut National de l’Assurance Maladie ( INAM) était primé comme l’entreprise la plus dynamique dans le secteur de l’assurance maladie. Sur les critères qui ont favorisé cette reconnaissance ainsi que sur bien d’autres sujets,  touchant notamment  à ce progrès social auquel les Togolais sont de plus en plus attachés qu’est l’assurance maladie, Focus Infos a rencontré la directrice générale de cet organisme. Entretien !

 

Focus Infos : Madame la Directrice générale , il y a quelques mois, le cabinet Ecofinance a décerné à l’Inam la palme de l’entreprise la plus dynamique dans le domaine de l’assurance maladie. Celle-ci  fait partie désormais des 100 entreprises les plus dynamiques du Togo. Quelles sont vos impressions ?   

Mme Myriam Dossou : Avant toutes choses,  je tiens à exprimer nos remerciements au Cabinet Ecofinance  qui a décerné ce prix à l’INAM, et à l’ensemble des acteurs de sa réussite depuis plus de 4 ans, notamment les prestataires de soins conventionnés, nos chers assurés et bénéficiaires ainsi que les employeurs.

Il est des circonstances où dire simplement merci, ne reflète pas l’intégralité de la réalité.  Nous dédions ce prix au Président de la République et au gouvernement dont la volonté politique a permis, à des togolais de bénéficier d’une couverture sociale en maladie, en créant l’INAM.

C’est le lieu d’exprimer notre profonde gratitude à tous ceux qui nous ont soutenus, compris et encouragés à quelque niveau que ce soit. Hommes et femmes de valeur, de conviction, qui nous ont fait confiance et cru en nous, en notre capacité d’innover, de réussir notre mission simplement d’apporter notre pierre toute entière à la construction de la protection sociale et au bien être des togolais, projet prioritaire du président Faure GNASSIGBE traduit dans sa politique depuis 2006 et repris dans son discours de vœux à la nation le 02 janvier 2016.

 

FI : Comment un établissement public est-il venu à figurer dans un short- list d’entreprises dynamiques?

M.M : L’assurance maladie est un outil de la protection sociale parmi tant d’autres. L’INAM est un établissement public doté de la personnalité juridique et d’une autonomie de gestion administrative et financière. De par ses missions,  la spécificité de son activité et son rôle économique, l’INAM est assimilable à une entreprise à but non lucratif et à visée sociale.

Pour garantir la pérennité du régime obligatoire d’assurance maladie, les dirigeants  ont clairement assigné des missions à l’INAM : 

• Assurer la gestion  des fonds de l’assurance maladie

• Assurer le recouvrement des cotisations et le paiement des prestations de soins.

• Conventionner avec l’offre de soin

• Assurer le contrôle médical

• Veiller à la satisfaction des parties prenantes.

Pour atteindre ses objectifs, il est évident que l’INAM est arrivé à assumer un profil d’entreprise moderne gérée dans les règles de l’art comme le prévoit le contrat de performance avec l’Etat.

 

FI : Quels sont les critères qui ont  permis de nominer l’INAM ?

M.M : Depuis  trois (03) ans,  le cabinet  Ecofinance entreprises, spécialisé dans l’étude et l’expertise en finance et en gestion, décerne aux entreprises des pays de l’UEMOA qui se distinguent par  leur performance, innovation et savoir faire, un prix spécial.

 Le choix de l’INAM n’est pas le fruit du hasard, il est fait sur la base d’une étude qui a porté sur quatre (04) critères de sélection scientifiques et objectifs. :

1. l’expertise de l’entreprise,

2. la capacité d’innovation,

3. la capacité de pénétration du marché 

4. l’impact de l’entreprise sur l’économie

 

Une entreprise  nouvelle qui innove

L’un des projets les plus innovants que le gouvernement à mis en place ces dernières années est sans nul doute l’assurance maladie obligatoire. L’INAM a changé le paysage du secteur de l’assurance maladie. La gestion des risques par les outils de prise en charge dans le cadre du tiers payant exclusif en est une illustration.

Cette combinaison d’informations administratives et médicales permettant au médecin de disposer de l’historique du patient et même d’antécédents familiaux dans un carnet est un plus pour la connaissance du patient par le médecin et lui permet d’affiner son diagnostic dans un environnement où il n’y a pas encore de dossier médical électronique comme en France. De part sa gouvernance, son fonctionnement et sa gestion du métier, l’INAM est une entreprise moderne qui a su mettre en place en quelques années des outils et méthodes lui permettant de prendre en charge les bénéficiaires et de gérer efficacement le régime d’assurance maladie. Nous sommes d’ailleurs une référence dans la sous région francophone car beaucoup de pays veulent s’inspirer de notre modèle.

 

Une  gouvernance efficace gage d’un succès

L’innovation aussi dans le modèle de gouvernance démocratique et paritaire mis en place pour garantir l’efficacité, l’efficience  ainsi que l’autonomie administrative et financière de l’INAM.

Le Conseil de Surveillance veille à la bonne exécution de la mission de service public confiée à l’Inam et s’assure du respect de l’ensemble des réglementations auxquelles il  est soumis.

 

Le Conseil d’Administration, l’organe de décision veille au bon fonctionnement de l’institut,  et assure la pérennité ainsi que  l’équilibre du régime obligatoire d’assurance maladie.

Le Directeur Général assure la gestion de l’Institut et met en œuvre les décisions du conseil d’administration composé de 12 membres-représentant les travailleurs et l’Etat employeur.

En effet la lettre de mission du Directeur Général, découlant du contrat de performance évoqué plus haut a prévu des orientations clair à l’INAM à savoir:

  • comprendre et analyser les enjeux, tendances et défis du secteur afin d’animer la réflexion stratégique ;
  • identifier et mettre en œuvre toutes les améliorations possibles au sein de l’INAM et de l’ensemble des mécanismes d’assurance maladie au Togo ;
  • participer à la réflexion sur l’extension de la couverture santé à toute la population ;
  • améliorer de façon constante la productivité de l’entreprise et la qualité des prestations;
  • développer la créativité, l’innovation et l’esprit d’entreprise ;
  • améliorer les méthodes de travail et le savoir-faire.

 

Dès lors, l’INAM a élaboré et mis en œuvre  un plan stratégique 2013-2015 articulé autour de deux grands axes : -la pérennité du régime et la satisfaction du « client » (que ce soit l’employeur, l’assuré ou le prestataire de soin , le client interne employé de l’INAM).

Une expertise axée sur la gestion du risque maladie

La spécificité du risque maladie impose un dispositif de gestion des risques incluant des risques non seulement assurantiels mais médicaux. L’expertise de l’INAM à conforter sa connaissance des risques spécifiques de l’assurance maladie et des solutions adaptées lui confère un savoir-faire incontestable au sein  des acteurs traditionnels de l’assurance maladie. La gestion des risques à l’INAM se fait à plusieurs niveaux dont le contrôle a  priori et le contrôle a postériori. Elle se repose également sur la maîtrise médicalisée des dépenses de prestations à travers un contrôle médical efficace assuré par les médecins conseils. 

 

Aussi,  la sensibilisation et l’éducation des bénéficiaires et l’accompagnement des prestataires de soins dans l’optimisation de la dispensation des soins, sont des actions qui viennent compléter  l’ensemble des outils de gestion des risques.

En résumé,  nous pourrions sans se tromper dire que c’est la quête permanente de l’excellence qui a permis à l’INAM d’être nominé et primé par écofinance entreprises.

 

L’impact de l’INAM se mesure àplusieurs niveaux

L’Inam, malgré son jeune âge contribue  aujourd’hui à plus de 15% du chiffre d’affaires des pharmacies privées. Beaucoup de pharmacies partenaires ont dû augmenter leur personnel pour faire face à l’affluence. La fréquentation des formations sanitaires publiques et privées  a connu aussi  une hausse très sensible ce qui permet à ces centres d’avoir plus d’entrée de fonds et de rehausser leurs plateaux techniques.

Grâce à l’assurance maladie, les agents publics arrivent à faire face aux dépenses de santé de leurs ménages. Les fonctionnaires et assimilés n’hésitent plus à se faire soigner dans les centres de soins ; ce qui  réduit les absences prolongées au travail et augmente leur productivité.

 

FI : Comment peut-on en arriver là lorsque nous connaissons les difficultés auxquelles l’institution a pu faire face?

M.M :  Au début, l’INAM était confronté à des difficultés et aux défis tels que la réticence des acteurs,  la non adhésion et le manque de confiance des partenaires. Pour parvenir aux résultats que nous connaissons tous aujourd’hui, l’INAM  a dû travailler pour lever les freins et relever les défis qui se dressaient sur son chemin. C’est ainsi qu’il a amélioré de façon significative la qualité de ses prestations en respectant les clauses contractuelles vis-à-vis des prestataires conventionnés surtout en matière de règlement des factures. 

 

L’INAM  a réussi à gagner  la  confiance des assurés et des prestataires qui avaient des doutes sur la réussite du projet d’assurance maladie. L’organisation des séances d’information, de sensibilisation et  de formation ont progressivement amené l’ensemble des acteurs à s’approprier le fonctionnement et le mécanisme de prise en charge.

La mise en place d’un cadre de concertation tel que le Comité Médical Consultative INAM  qui regroupe d’éminentes personnalités de la médecine et des échanges réguliers  avec les prestataires et employeurs ont également permis d’obtenir les résultats qui sont  aujourd’hui appréciés par tous.

 

FI : Quel rôle les parties prenantes ont-elles joué dans cette reconnaissance ?

M.M : Les parties prenantes que sont l’Etat employeurs, les assurés et les prestataires ont joué un rôle capital voire déterminant dans le succès de l’Inam. Avec l’avènement de l’assurance maladie, les prestataires, malgré les changements intervenus dans leur système de prise en charge des patients se sont progressivement approprié les outils et règles de délivrance de soins de l’inam. Ils ont accepté accompagner l’Inam dans ses différents chantiers notamment les  révisions périodiques de la liste des médicaments.

Les assurés qui étaient impatients et trouvaient le fonctionnement de l’Inam assez complexe, ont aussi progressivement assimilé les mécanismes de prise en charge de l’assurance maladie et les formalités d’immatriculation.

Nous bénéficions aussi de  l’Etat, promoteur du régime d’assurance maladie, d’un engagement ferme et d’une  volonté manifeste à nous accompagner vers le succès. 

 

FI: Concrètement qu’est-ce que ce prix vous apporte ? Et qu’est-ce qui va changer ? 

M.M :  Le fait d’être nominé parmi les 100  entreprises les plus dynamiques du Togo et faire partie des 15 primées est un sentiment de grande fierté et de reconnaissance de nos efforts. Cela nous donne des ailes pour voler vers de nouveaux succès et de nouveaux challenges sans nous éloigner de l’exigence de performance et du résultat que nous nous sommes imposés.  

Nous allons être encore plus exigeants pour recevoir le prix du meilleur assureur délivré par les prestataires et bénéficiaires de l’INAM. Et c’est l’engagement que nous prenons !

Il est aussi important pour l’INAM d’avancer sur le chantier du système d’information et d’œuvrer sous la houlette de la tutelle à élargir le périmètre des bénéficiaires de l’assurance maladie, car les populations non encore couvertes s’impatientent et  attendent d’en  bénéficier.

Mme Myriam Dossou, Directrice générale de l’Institut National de l’Assurance Maladie (INAM).

« Pour atteindre ses objectifs, l’INAM assume son profil d’entreprise moderne gérée dans les règles de l’art. »

Il  y a quelques mois, l’Institut National de l’Assurance Maladie ( INAM) était primé comme l’entreprise la plus dynamique dans le secteur de l’assurance maladie. Sur les critères qui ont favorisé cette reconnaissance ainsi que sur bien d’autres sujets,  touchant notamment  à ce progrès social auquel les Togolais sont de plus en plus attachés qu’est l’assurance maladie, Focus Infos a rencontré la directrice générale de cet organisme. Entretien !

 

Focus Infos : Madame la Directrice générale , il y a quelques mois, le cabinet Ecofinance a décerné à l’Inam la palme de l’entreprise la plus dynamique dans le domaine de l’assurance maladie. Celle-ci  fait partie désormais des 100 entreprises les plus dynamiques du Togo. Quelles sont vos impressions ?   

Mme Myriam Dossou : Avant toutes choses,  je tiens à exprimer nos remerciements au Cabinet Ecofinance  qui a décerné ce prix à l’INAM, et à l’ensemble des acteurs de sa réussite depuis plus de 4 ans, notamment les prestataires de soins conventionnés, nos chers assurés et bénéficiaires ainsi que les employeurs.

Il est des circonstances où dire simplement merci, ne reflète pas l’intégralité de la réalité.  Nous dédions ce prix au Président de la République et au gouvernement dont la volonté politique a permis, à des togolais de bénéficier d’une couverture sociale en maladie, en créant l’INAM.

 

C’est le lieu d’exprimer notre profonde gratitude à tous ceux qui nous ont soutenus, compris et encouragés à quelque niveau que ce soit. Hommes et femmes de valeur, de conviction, qui nous ont fait confiance et cru en nous, en notre capacité d’innover, de réussir notre mission simplement d’apporter notre pierre toute entière à la construction de la protection sociale et au bien être des togolais, projet prioritaire du président Faure GNASSIGBE traduit dans sa politique depuis 2006 et repris dans son discours de vœux à la nation le 02 janvier 2016.

 

FI : Comment un établissement public est-il venu à figurer dans un short- list d’entreprises dynamiques?

M.M : L’assurance maladie est un outil de la protection sociale parmi tant d’autres. L’INAM est un établissement public doté de la personnalité juridique et d’une autonomie de gestion administrative et financière. De par ses missions,  la spécificité de son activité et son rôle économique, l’INAM est assimilable à une entreprise à but non lucratif et à visée sociale.

 

Pour garantir la pérennité du régime obligatoire d’assurance maladie, les dirigeants  ont clairement assigné des missions à l’INAM : 

• Assurer la gestion  des fonds de l’assurance maladie

• Assurer le recouvrement des cotisations et le paiement des prestations de soins.

• Conventionner avec l’offre de soin

• Assurer le contrôle médical

• Veiller à la satisfaction des parties prenantes.

Pour atteindre ses objectifs, il est évident que l’INAM est arrivé à assumer un profil d’entreprise moderne gérée dans les règles de l’art comme le prévoit le contrat de performance avec l’Etat.

 

FI : Quels sont les critères qui ont  permis de nominer l’INAM ?

M.M : Depuis  trois (03) ans,  le cabinet  Ecofinance entreprises, spécialisé dans l’étude et l’expertise en finance et en gestion, décerne aux entreprises des pays de l’UEMOA qui se distinguent par  leur performance, innovation et savoir faire, un prix spécial.

 

 Le choix de l’INAM n’est pas le fruit du hasard, il est fait sur la base d’une étude qui a porté sur quatre (04) critères de sélection scientifiques et objectifs. :

1. l’expertise de l’entreprise,

2. la capacité d’innovation,

3. la capacité de pénétration du marché 

4. l’impact de l’entreprise sur l’économie

 

Une entreprise  nouvelle qui innove

L’un des projets les plus innovants que le gouvernement à mis en place ces dernières années est sans nul doute l’assurance maladie obligatoire. L’INAM a changé le paysage du secteur de l’assurance maladie. La gestion des risques par les outils de prise en charge dans le cadre du tiers payant exclusif en est une illustration.

Cette combinaison d’informations administratives et médicales permettant au médecin de disposer de l’historique du patient et même d’antécédents familiaux dans un carnet est un plus pour la connaissance du patient par le médecin et lui permet d’affiner son diagnostic dans un environnement où il n’y a pas encore de dossier médical électronique comme en France. De part sa gouvernance, son fonctionnement et sa gestion du métier, l’INAM est une entreprise moderne qui a su mettre en place en quelques années des outils et méthodes lui permettant de prendre en charge les bénéficiaires et de gérer efficacement le régime d’assurance maladie. Nous sommes d’ailleurs une référence dans la sous région francophone car beaucoup de pays veulent s’inspirer de notre modèle.

 

Une  gouvernance efficace gage d’un succès

L’innovation aussi dans le modèle de gouvernance démocratique et paritaire mis en place pour garantir l’efficacité, l’efficience  ainsi que l’autonomie administrative et financière de l’INAM.

Le Conseil de Surveillance veille à la bonne exécution de la mission de service public confiée à l’Inam et s’assure du respect de l’ensemble des réglementations auxquelles il  est soumis.

 

Le Conseil d’Administration, l’organe de décision veille au bon fonctionnement de l’institut,  et assure la pérennité ainsi que  l’équilibre du régime obligatoire d’assurance maladie.

Le Directeur Général assure la gestion de l’Institut et met en œuvre les décisions du conseil d’administration composé de 12 membres-représentant les travailleurs et l’Etat employeur.

 

En effet la lettre de mission du Directeur Général, découlant du contrat de performance évoqué plus haut a prévu des orientations clair à l’INAM à savoir:

 

comprendre et analyser les enjeux, tendances et défis du secteur afin d’animer la réflexion stratégique ;

identifier et mettre en œuvre toutes les améliorations possibles au sein de l’INAM et de l’ensemble des mécanismes d’assurance maladie au Togo ;

 participer à la réflexion sur l’extension de la couverture santé à toute la population ;

améliorer de façon constante la productivité de l’entreprise et la qualité des prestations;

développer la créativité, l’innovation et l’esprit d’entreprise ;

améliorer les méthodes de travail et le savoir-faire.

 

Dès lors, l’INAM a élaboré et mis en œuvre  un plan stratégique 2013-2015 articulé autour de deux grands axes : -la pérennité du régime et la satisfaction du « client » (que ce soit l’employeur, l’assuré ou le prestataire de soin , le client interne employé de l’INAM).

Une expertise axée sur la gestion du risque maladie

La spécificité du risque maladie impose un dispositif de gestion des risques incluant des risques non seulement assurantiels mais médicaux. L’expertise de l’INAM à conforter sa connaissance des risques spécifiques de l’assurance maladie et des solutions adaptées lui confère un savoir-faire incontestable au sein  des acteurs traditionnels de l’assurance maladie. La gestion des risques à l’INAM se fait à plusieurs niveaux dont le contrôle a  priori et le contrôle a postériori. Elle se repose également sur la maîtrise médicalisée des dépenses de prestations à travers un contrôle médical efficace assuré par les médecins conseils. 

 

Aussi,  la sensibilisation et l’éducation des bénéficiaires et l’accompagnement des prestataires de soins dans l’optimisation de la dispensation des soins, sont des actions qui viennent compléter  l’ensemble des outils de gestion des risques.

 

En résumé,  nous pourrions sans se tromper dire que c’est la quête permanente de l’excellence qui a permis à l’INAM d’être nominé et primé par écofinance entreprises.

 

L’impact de l’INAM se mesure à

plusieurs niveaux

L’Inam, malgré son jeune âge contribue  aujourd’hui à plus de 15% du chiffre d’affaires des pharmacies privées. Beaucoup de pharmacies partenaires ont dû augmenter leur personnel pour faire face à l’affluence. La fréquentation des formations sanitaires publiques et privées  a connu aussi  une hausse très sensible ce qui permet à ces centres d’avoir plus d’entrée de fonds et de rehausser leurs plateaux techniques.

Grâce à l’assurance maladie, les agents publics arrivent à faire face aux dépenses de santé de leurs ménages. Les fonctionnaires et assimilés n’hésitent plus à se faire soigner dans les centres de soins ; ce qui  réduit les absences prolongées au travail et augmente leur productivité.

 

FI : Comment peut-on en arriver là lorsque nous connaissons les difficultés auxquelles l’institution a pu faire face?

M.M :  Au début, l’INAM était confronté à des difficultés et aux défis tels que la réticence des acteurs,  la non adhésion et le manque de confiance des partenaires. Pour parvenir aux résultats que nous connaissons tous aujourd’hui, l’INAM  a dû travailler pour lever les freins et relever les défis qui se dressaient sur son chemin. C’est ainsi qu’il a amélioré de façon significative la qualité de ses prestations en respectant les clauses contractuelles vis-à-vis des prestataires conventionnés surtout en matière de règlement des factures. 

 

L’INAM  a réussi à gagner  la  confiance des assurés et des prestataires qui avaient des doutes sur la réussite du projet d’assurance maladie. L’organisation des séances d’information, de sensibilisation et  de formation ont progressivement amené l’ensemble des acteurs à s’approprier le fonctionnement et le mécanisme de prise en charge.

 

La mise en place d’un cadre de concertation tel que le Comité Médical Consultative INAM  qui regroupe d’éminentes personnalités de la médecine et des échanges réguliers  avec les prestataires et employeurs ont également permis d’obtenir les résultats qui sont  aujourd’hui appréciés par tous.

 

FI : Quel rôle les parties prenantes ont-elles joué dans cette reconnaissance ?

M.M : Les parties prenantes que sont l’Etat employeurs, les assurés et les prestataires ont joué un rôle capital voire déterminant dans le succès de l’Inam. Avec l’avènement de l’assurance maladie, les prestataires, malgré les changements intervenus dans leur système de prise en charge des patients se sont progressivement approprié les outils et règles de délivrance de soins de l’inam. Ils ont accepté accompagner l’Inam dans ses différents chantiers notamment les  révisions périodiques de la liste des médicaments.

 

Les assurés qui étaient impatients et trouvaient le fonctionnement de l’Inam assez complexe, ont aussi progressivement assimilé les mécanismes de prise en charge de l’assurance maladie et les formalités d’immatriculation.

Nous bénéficions aussi de  l’Etat, promoteur du régime d’assurance maladie, d’un engagement ferme et d’une  volonté manifeste à nous accompagner vers le succès. 

 

FI: Concrètement qu’est-ce que ce prix vous apporte ? Et qu’est-ce qui va changer ? 

M.M :  Le fait d’être nominé parmi les 100  entreprises les plus dynamiques du Togo et faire partie des 15 primées est un sentiment de grande fierté et de reconnaissance de nos efforts. Cela nous donne des ailes pour voler vers de nouveaux succès et de nouveaux challenges sans nous éloigner de l’exigence de performance et du résultat que nous nous sommes imposés.  

Nous allons être encore plus exigeants pour recevoir le prix du meilleur assureur délivré par les prestataires et bénéficiaires de l’INAM. Et c’est l’engagement que nous prenons !

 

Il est aussi important pour l’INAM d’avancer sur le chantier du système d’information et d’œuvrer sous la houlette de la tutelle à élargir le périmètre des bénéficiaires de l’assurance maladie, car les populations non encore couvertes s’impatientent et  attendent d’en  bénéficier.