A+ A A-

La police s’engage pour la proximité

Les forces de sécurité togolaises ont pour mission entre autres d’assurer la protection des personnes et des biens sur toute l’étendue du territoire. Les populations qui sont les premières bénéficiaires des prestations des services de sécurité affichent  pourtant une certaine défiance à leur endroit.  Et l’environnement sécuritaire, qui génère de nouveaux défis, comme la cybercriminalité, complique la donne. De fait, le Gouvernement, à travers  le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile a conclu  à la nécessité d’initier un nouveau concept visant à redéfinir les rapports des services de police avec les populations pour aller vers une coproduction de la sécurité. C’est le concept de « police de proximité ou police citoyenne » qui induit  l’implication des citoyens dans le combat contre l’insécurité.

 

Pour le gouvernement, il s’agit de  créer un climat de confiance qui permettra aux forces de sécurité de faire leur travail sans outrepasser leur droit, mais aussi aux populations de comprendre que les policiers sont à leurs services, de sorte que les deux protagonistes participent ensemble à la lutte contre l’insécurité. De fait, la police de proximité est un mode de fonctionnement de la police qui prend  en compte la demande de sécurité exprimée par la population et  favorise les actions  de prévention, la recherche de solutions durables aux causes de l’insécurité.

Pour le Colonel Yark DAMEHAME, l’ambition est de faire de la  police une institution moderne, outillée et performante, capable de satisfaire la demande sociale en matière de sécurité. Mais également respectueuse des droits humains en bannissant toute forme de violation des droits et libertés de la personne humaine. L’objectif est multiple : reconquérir la confiance de toutes les populations togolaises,  restaurer le respect de l’autorité de l’état, prévenir les difficultés et  apporter des solutions réfléchies et durables aux problèmes d’ordre sécuritaire des populations.

Cependant, fait-il remarquer,  le souci de la sécurité devient une chaîne dans laquelle chacun constitue un maillon de l’approche globale. «  La sécurité n’est pas l’affaire uniquement de la police. Chacun, à son niveau doit se sentir concerner en collaborant afin de permettre à la police et à la gendarmerie d’être  beaucoup plus efficaces » déclare-t-il. 

                   

CARENCE DU SYSTEME SECURITAIRE CLASSIQUE.

 

Le concept de la police de proximité est parti d’un certain nombre de constats : le manque de confiance entre population et forces de sécurité, l’absence d’écoute des besoins réelles de la population, l’augmentation de l’insécurité, la  radicalisation de  certaines franges de la population, de même que les bavures et autres rackets.

A ces carences, le projet veut répondre par une police  au service exclusif des populations, proche et protectrice des personnes et de leurs biens, ainsi qu’une nouvelle approche qui répond mieux aux attentes sécuritaires des populations.

Il mettra en œuvre plusieurs  principes : la proximité, le partenariat et la prévention, de même que la redevabilité, la résolution et le respect.

La police de proximité reposera sur 4 piliers centraux :

- Une police d’anticipation et de prévention : Maillage du territoire, anticipation, visibilité

- Une police qui connait son territoire et sa population

- Une police connue et appréciée par sa population : Satisfaction des demandes  sociales, confiance de la population

- Une police qui répond de manière concrète et efficace aux attentes de la population

 

Ces acteurs devront être guidés, selon le ministère de la Sécurité par des valeurs cardinales, dont l’intégrité (honnêteté-probité-impartialité- neutralité), la loyauté (fidélité envers les institutions de l’Etat), la compétence ( expériences professionnelles et formations continues), l’esprit de service ( disponibilité et courtoisie) , la transparence (redevabilité de ses actions envers les autorités civiles mais surtout envers la population), le devoir de confidentialité et de réserve ( discrétion professionnelle). 

 

INITIATIVES ANTERIEURES :

 

La Police de proximité qui se veut innovante, tire les leçons de la  mise en œuvre plus ou moins réussie ainsi que des  faiblesses d’ initiatives antérieures, au rang desquelles, l’absence de textes spécifiques.

En effet, elles furent fondées uniquement sur la Constitution, la loi du 02 février  1915 portant création de la Gendarmerie nationale, le décret du 07 octobre 1920 sur la Police Nationale ou encore le Code pénal etc.

Parmi les initiatives antérieures, on peut citer l’Unité spéciale de police de proximité (1997-1998), la   Compagnie d’intervention de proximité ( 2006), l’ “Opération Araignée” (2008) , la  création des unités pilotes de la police de proximité en 2010, le rapprochement des services de sécurité de la population par la création de nouvelles unités ou encore la   refondation des services de sécurité.