Accueil A la une La guerre des religions n’aura pas lieu

La guerre des religions n’aura pas lieu

0
179
Par Kokouvi Ekpé AGBOH AHOUELETE
Depuis plusieurs semaines, un phénomène inquiétant et dangereux s’installe dans notre pays. De lugubres individus, mus par une injustifiable pulsion, s’attaquent aux lieux de culte. Après des mosquées qui ont  reçu leur visite en différents endroits de la capitale, ce fut le tour, la semaine dernière, d’une église  baptiste d’être vandalisée. A ce jour, les auteurs de  ces actes abjects de profanation et de provocation, n’ont toujours pas été identifiés et leur motivation non  établie, puisqu’aucune revendication n’a été officiellement publiée.
Alors que les pouvoirs publics continuent à mettre en garde les initiateurs de ces attaques ainsi que leurs éventuels complices, ils assurent que l’enquête suit son cours. De fait, il est important de rappeler que l’aboutissement de ces investigations doit être une priorité absolue, et la sévère sanction des auteurs une obligation incontournable. Dans un contexte international et sous régionale trouble, où la croyance est  prétexte pour un certain nombre de groupes pour semer violences et terreur, notre pays peut se targuer de la coexistence pacifique des religions et d’une pratique de la foi plutôt modérée et tolérante. Il est donc d’un impératif catégorique de continuer à préserver, à entretenir et à renforcer ce climat  qui nous met  aujourd’hui et pour longtemps, espère-t-on, à l’abri des soubresauts auxquels font face beaucoup de nations.
La prompte réaction des autres confessions religieuses et leur expression de solidarité envers les musulmans aux premières heures des profanations des mosquées, témoigne de cet esprit de tolérance et de dialogue entre les religions, que promeut notre pays et que les Togolais ont fait leur. En revanche, les accusations prématurées et non étayées, les spéculations, les déclarations inquisitoires ainsi que les stigmatisations polémiques, ne sont pas de nature à entretenir un climat apaisé, propice à la mise en œuvre d’une enquête diligente réalisée dans la célérité, ni  à celle d’une justice sereine mais consciente des enjeux que posent de tels actes. Au contraire, elles ont tendance à créer un contexte de suspicion et de repli, terreau et signe avant-coureur d’une radicalisation. Les leaders d’opinion, tous ceux qui ont une voix qui porte et qui compte, doivent se mobiliser pour ne pas que le pays sombre  dans un cercle vicieux. C’est donc avec beaucoup de regret que nous constatons que ces incidents n’ont pas permis une union sacrée  de tous les bords politiques , autour d’une déclaration commune ou d’une initiative concertée, pour dire ensemble non à l’infamie, non à la convocation d’instincts grégaires, non à celle de ressorts qui peuvent constituer des sources de division. Il n’est pas trop tard pour que la mobilisation citoyenne et politique se fasse, pour accompagner celle des religieux. Avant justement qu’il ne soit trop tard !

Commentaire

Commentaires

AUCUN COMMENTAIRE