Accueil Dossier La recherche universitaire

La recherche universitaire

0
348

Qu’elle soit fondamentale, appliquée ou technologique, la recherche est le socle de l’université. L’une des priorités contenues dans les réformes impulsées reste indéniablement le renforcement de l’excellence et de l’innovation de la recherche universitaire. L’UL se veut désormais une université pluridisciplinaire et tournée vers l’interdisciplinarité. Pour se faire, elle s’inscrit dans une dynamique d’excellence de sa recherche avec la volonté d’accompagner l’émergence de nouveaux projets et d’explorer de nouveaux champs de recherche pour répondre aux enjeux de demain.

Les actions engagées dans ce sens devront permettre la création des pôles scientifiques au service de l’émergence de la communauté scientifique. Consciente de ce défi, l’Université de Lomé a signé plusieurs actes pour recadrer et orienter le domaine. Il s’agit entre autres des arrêtés n° 013/UL/P/SG/2017 du 17 février 2017 portant organisation des études doctorales à l’Université de Lomé, n° 014/UL/P/SG/2017 du 17 février 2017 fixant les modalités d’organisation de soutenance d’une thèse de Doctorat à l’Université de Lomé, n° 015/UL/P/SG/2017 du 27 février 2017 portant conditions d’accès, sélection et conditions d’inscription en master à l’Université de Lomé, n° 028/UL/P/SG/2017 du 15 mai 2017 portant création et administration des Masters à l’Université de Lomé, qui précise, entre autres, l’organisation et fonctionnement des équipes d’animation pédagogiques (EQAP) sur lesquelles reposent désormais les masters, n° 041/UL/P/SG/2017 du 19 octobre 2017 portant création, organisation et fonctionnement des structures de recherche universitaires. Mais également de la mise en place coordonnée de la commission interuniversitaire chargée de mener des réflexions sur la création des écoles doctorales dans les universités publiques du Togo.
Ces réformes relatives au développement de la recherche universitaire jettent une lumière crue sur les insuffisances en termes de ressources propres de l’Université de Lomé. Une première piste a été explorée dans ce sens. Elle a consisté au réajustement des frais de formation en Master, au Doctorat et au Diplôme d’Études Spécialisées (DES) afin d’offrir une formation de qualité adaptée aux besoins et aux exigences du monde de l’emploi. De toute évidence, une formation de qualité nécessite un investissement pour l’équipement et la documentation des laboratoires de recherche. L’UL ne sous-estime pas non plus l’apprentissage de recherche adéquate de financements complémentaires compétitifs. En ce sens, L’UL a créé par arrêté n° 023/UL/P/SG/2017 du 03 avril 2017, le Groupe de Recherche de Financements (GRF) au sein de l’institution avec pour missions de rechercher les fonds pour l’exécution des projets permettant de contribuer à la mise en œuvre du plan stratégique de modernisation de l’Université de Lomé, d’apporter aux structures de l’Université de Lomé (Facultés, Instituts, Écoles/Formations Doctorales, Centres de recherche, Laboratoires et Équipes de recherche) une assistance dans la recherche active de financements, d’effectuer le suivi des projets obtenus par l’UL.
Cependant, loin de paraître iconoclaste, il faut sans doute dans un proche avenir s’interroger sur l’amélioration des possibilités d’autofinancement de l’Université. La question ne doit pas demeurer taboue et doit concerner tous les niveaux de formation.

Expertise universitaire et mobilisation des ressources financières

Replacer l’université au cœur de son environnement socio-économique est un des axes forts de ce premier bilan de l’UL. Considérées comme une action en faveur du rebond économique, la valorisation de l’expertise universitaire et la mobilisation des ressources financières sont placées au cœur des réformes entreprises en faveur de l’UL. Pour développer les outils y afférents, celle-ci s’est engagée dans la signature de plusieurs conventions de partenariats avec des institutions, des entreprises et des associations professionnelles intervenant dans différents secteurs. L’objectif visé est de renforcer sa visibilité institutionnelle, ses capacités opérationnelles et améliorer son efficacité externe.
La dynamique des nouvelles conventions résolument tournées vers les défis de l’heure est la marque distinctive desdits partenariats. C’est aussi l’inclusion d’un suivi-évaluation des partenariats afin de ne pas en faire des lettre-mortes. Cette stratégie a le mérite d’offrir aux étudiants des formations en alternance et d’accroître ainsi leurs chances d’insertion professionnelle.

Commentaire

Commentaires

AUCUN COMMENTAIRE