Accueil A la une Le « milliardaire » béninois Kikissagbé Godonou Bernard dit « KGB »...

Le « milliardaire » béninois Kikissagbé Godonou Bernard dit « KGB » dans les mailles de la gendarmerie togolaise.

0
1669

En exécution d’un mandat d’arrêt international, le Béninois Kikissagbé Godonou Bernard, alias « KGB » a été interpellé ce mercredi par des éléments de la gendarmerie togolaise. Le richissime homme d’affaires serait poursuivi dans son pays pour des faits d’escroquerie en bande organisée, rapportent plusieurs confrères béninois.

C’est dans une somptueuse villa située à l’entrée de la Résidence de la Caisse au nord de Lomé, que KGB avait trouvé refuge depuis la fin avril dernière. Poursuivi et activement recherché dans le cadre d’une affaire d’escroquerie en bande organisée par les autorités judiciaires béninoises, il avait fui son pays et faisait l’objet d’un mandat international. Selon la presse béninoise, une perquisition effectuée à son domicile de Cotonou le 26 avril, aurait abouti à la découverte de faux bijoux et de plusieurs faux documents administratifs. Presque la même découverte dans sa résidence à Lomé dont de vrais-faux passeports notamment diplomatiques et dans lesquels, l’intéressé s’appelle tantôt Akplogan Grégoire Fatiou né le 27 novembre 1963, tantôt Odenda Algerda né le 15 janvier 1959 etc ; ou encore plusieurs centaines de millions de francs CFA en liquide. Son interpellation dans la capitale togolaise est le fruit d’une coopération entre les agents d’Interpol des deux pays et devrait conduire à son extradition dans les prochaines heures. Sa femme Sabine et ses enfants aperçus ces derniers jours à Lomé ne font pas l’objet pour l’heure de mesures particulières.
De sulfureuse réputation, KGB est à la tête de plusieurs sociétés de droit béninois, dont CNDS Sarl, le NGCA Sarl ou encore Signature Trading LLC. Considéré un temps comme proche de l’actuel président Patrice Talon, les deux hommes se seraient embrouillés depuis. D’après un confrère béninois, l’homme d’affaires aurait tenté de solliciter l’intervention de la présidence béninoise pour étouffer l’affaire et s’en montrait plutôt confiant ces derniers jours. Visiblement à tort.

Commentaire

Commentaires

AUCUN COMMENTAIRE