« Le problème  togolais est mal posé »

0
170

Alors   les militants de la coalition des 14 partis de l’opposition s’impatientent  de voir  l’issue   de la 3e réunion du comité de suivi  de la feuille de route de la  Cédéao sur la crise Togolaise,  délocalisée à Conakry en Guinée chez Alpha Condé –Facilitateur dans la crise-, le vice-président   du      Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) ancien Obuts  a laissé entendre ce mardi  qu’il n’entend   rien  de nouveau.    Et pour cause,  cette dernière n’accoucherait qu’un accord   sur  la poursuite quelques jours   du recensement  électoral  et  sur  la participation des partis  politiques  membres de la coalition  aux prochaines législatives.

Pour le  numéro 2 du parti  d’Agbéyomé Kodjo,   si  3 mois après  la feuille de  sortie de crise de la conférence des Chefs d’Etat et de gouvernement de la Cédéao, son application pose toujours problème, c’est dire que les facilitateurs   ont « mal posé le problème »  avec des « solutions mal dégagées ».

« La CEDEAO est en train de s’embourber. Le problème du Togo, c’est le manque de confiance entre les acteurs politiques et la CEDEAO a manqué de rapprocher les protagonistes de la crise, de créer la confiance. Il y a des manières d’amener des gens qui ne s’entendent pas à se mettre à table et à engager des discussions franches et sincères dans l’intérêt du pays », a-t-il déclaré ce mardi sur la radio Nana FM.

« On cherche à rapprocher les gens sur les textes mais pas sur leurs sentiments. Mais, au cas où le pouvoir qui détruit ce pays veut passer avec forcing pour aller aux élections, il ne faut pas boycotter les élections mais les marquer. Jusqu’à ce que le rapport de force ne soit de notre côté, il faut faire avec », a-t-il ajouté.

 

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

3 × deux =