Le projet régional « Microsol-Uemoa  » se concrétise au Togo

0
106

La SABER-ABREC (Société Africaine des Biocarburants et des Energies), a achevé ce 14 novembre 2018 à Lomé, un atelier régional sur l’état d’avancement du projet « MICROSOL-UEMOA », une solution innovante qui permet de capter l’énergie par une centrale thermique ou photovoltaïque et de la restituer pour produire simultanément de l’électricité, et de la chaleur

Les participants issus des ministères de l’Agriculture et de l’Energie des pays membres de l’UEMOA, ont pendant deux jours fait le point sur la mise en œuvre du projet et rappelé les rôles et responsabilités de chacune des parties, présenter le fonctionnement des mini-centrales et enfin visiter les équipements.

Le système MICROSOL_UEMOA a été développé par Schneider Electric et ses partenaires à la suite d’une convention avec la Commission de l’UEMOA et la SABER. Il permet de produire simultanément de l’électricité et de la chaleur pour alimenter en énergie (électrique et thermique), les applications agricoles (irrigation, pisciculture, séchage, transformations, pasteurisation, etc..).

Le système MICROSOL_UEMOA garantit : l’absence d’émission de gaz à effet de serre. Par la production d’énergie propre, il contribue à réduire la pression sur les ressources naturelles. Les composants sont en acier et en aluminium facilement recyclables. Un stockage thermique innovant permet la production d’énergie la nuit.
Il s’inscrit dans la politique de la sécurité alimentaire mise en place par la commission et dont 100 000 personnes seront bénéficiaires.

Par ce projet –MICROSOL-UEMOA, les initiateurs veulent progressivement faire accéder près de « 100 000 personnes à l’énergie électrique nécessaire pour l’irrigation, l’éclairage, la pisciculture, la transformation agricole et la fourniture d’eau potable, et cela sans émettre de CO2 », a précisé le président directeur de la SABER, Adji Otèth Ayassor.

Selon Jean-luc Brusorio, responsable technique du projet représentant de SHNEIDER ELECTRIC, les ministères de l’agriculture des pays membres exploiteront ces équipements pour une durée de deux ans pour tester leur fiabilité.

Le Togo et le Sénégal ont été choisis pour la phase expérimentale.

Les travaux ont été ouverts par le ministre Agadazi de l’agriculture.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

1 × 4 =