Accueil A la une Les manifestations de la coalition des 14 autorisées sous conditions.

Les manifestations de la coalition des 14 autorisées sous conditions.

0
278

Cette fois-ci, ils devraient manifester la semaine prochaine comme souhaité, sans entraves. Dans une correspondance adressée le 20 avril dernier à ses responsables, le ministre de l’Administration Territoriale et des Collectivités Locales, a autorisé l’organisation projetée par la coalition des 14 (C14) partis politiques de l’opposition, de marches pacifiques publiques suivies de meetings les 25, 26 et 28 avril prochains à Lomé et dans plusieurs villes de l’intérieur du pays. Monsieur Payadowa Boukpéssi a cependant indiqué que le gouvernement déplorait ce qu’il considère comme « la persistance de la volonté de la coalition de violer les mesures prises par le facilitateur » et prenait « acte de cette attitude regrettable », concluant que le pouvoir allait « en tirer toutes les conséquences ».

SOUS CONDITIONS :
Si la C14 pourra donc, contrairement à la semaine dernière où elles furent interdites, organiser ses manifestations publiques, cette autorisation est enfermée dans des conditions.
D’abord, l’itinéraire initialement envisagé devra être changé. En effet, arguant de plaintes régulièrement reçues de la part de riverains des voies que les manifestants de la C14 empruntent depuis 07 mois pour les gênes subies, et pour « éviter que ne se produisent des troubles à l’ordre public au passage des manifestations » , le gouvernement a demandé aux responsables de la C14 de revoir les itinéraires. Faute de réaction, et se fondant sur les dispositions des articles 12, 13, et 14 de la loi n°2011-010 définissant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques, monsieur Boukpéssi a recommandé de nouveaux itinéraires. Précisant que les anciens axes ne sont pas acceptés et rappelant que les manifestations sur les routes nationales ne le sont pas non plus.
Ensuite, elle doit renoncer aux manifestations dans certaines villes, notamment Bafilo, Mango et Sokodé, où elles demeurent interdites.
Enfin, pour les autres villes de l’intérieur du pays, les représentants de la C14 devront se mettre en rapport avec les préfets pour déterminer les itinéraires qui devront être différents de ceux habituellement empruntés, pour là également « soulager les populations riveraines des axes empruntés depuis 7 mois par les manifestants et éviter ainsi les risques de troubles à l’ordre public », souligne le ministre de l’Administration territoriale.
Que ce soit à Lomé comme à l’intérieur du pays, la C14 n’entend cependant pas déférer aux recommandations du gouvernement, et maintient les itinéraires initiaux. Réaction d’un membre du cabinet de Payadowa Boukpessi : « force restera à la loi ».

Commentaire

Commentaires

AUCUN COMMENTAIRE