MODE : A Lomé, la guerre des boutiques « ZARA » n’a pas lieu

0
411

Qui a le droit d’utiliser la célèbre marque Zara à Lomé ? En attendant que l’enseigne espagnole  ne se prononce  officiellement  ou que la justice soit un jour saisie, deux boutiques installées dans la capitale  en revendiquent chacune   la légitimité :  « Empreinte by Zara »  de notre compatriote Peter Anthony  et « Zara Mall » du  Libanais Ali Hojeej, ex-patron de SIVOP et à la tête de plusieurs entreprises. . Enquête.

 

Dans l’immeuble Taba abritant  la célèbre boîte Privilège qui a perdu de ses lustres d’antan, et situé presque  en front de mer à côté de l’hôtel Palm Beach, se trouve la boutique Empreinte by Zara Shop. Y sont proposés des articles et accessoires pour hommes et femmes. Comptez en moyenne 15.000 CFA pour une chemise hommes et 10.000FCFA le   haut pour femmes. Ouvert il y a plus de 2 ans maintenant, il est la propriété de Peter Anthony, un Togolais de la diaspora, revenu de Paris s’installer à Lomé.

A quelques 3 kms à vol d’oiseau de là, sur le boulevard du 13 janvier, en face de l’immeuble FIATA, une  boutique a ouvert en grandes pompes en fin d’année  dernière. Le magasin appelé Zara Mall vend également des vêtements et accessoires pour hommes, femmes et enfants de marque Zara, à des prix plus bas que ceux proposés par Empreinte by Zara, en moyenne 10.000 FCFA. Le propriétaire n’est pas un inconnu du monde économique et des affaires au Togo. Libanais, Ali Hojeej a dirigé l’usine SIVOP et compte plusieurs entreprises à son portefeuille.

 

IILEGALITE :

Malgré le fait que les deux boutiques exploitent la même enseigne et se font une rude concurrence, aucune des deux parties n’a pris l’initiative  d’une action en justice. Et pour cause ! En dépit des allégations du  gérant d’Empreinte by Zara, selon lesquelles monsieur Anthony aurait de la maison mère espagnole, l’ exclusivité de distribution de la marque dans la zone ouest-africaine, ou celles  de  Ibrahim Hamdane dirigeant de Zara Mall,  assurant  avoir  toutes les autorisations pour l’exploitation de Zara, les deux boutiques seraient dans l’illégalité complète.

En effet, d’après  nos informations, depuis ses premiers pas en Espagne dans les années 1970, le groupe Inditex créateur et propriétaire de la marque Zara a opté pour un développement uniquement en succursales afin d’être sûr de la bonne application de son concept original. Tous les points de vente sont donc la propriété exclusive d’Inditex. Ce choix stratégique d’enseigne partagé par de nombreuses marques comme H&M, C&A, ou encore Marks & Spencer, signifie que chaque point de vente est géré par un directeur salarié de la maison mère.

Il n’est donc pas possible pour un entrepreneur individuel d’ouvrir un magasin Zara en franchise, comme le prétendent les responsables des deux magasins. Selon nos sources, Empreinte by Zara sans formalités particulières, revendrait en fait des fins  de séries ou des articles achetés lors des soldes ou autres promotions effectuées en France.

Tandis que Zara Mall quant à elle, proposerait des vêtements et accessoires fabriqués dans des usines installées sur le sol togolais, en zone franche. Ce qui expliquerait d’ailleurs que ses prix soient plus compétitifs. Pour ce juriste que nous avons consulté, le fait que Zara Mall prétende avoir déposé la marque Zara auprès de l’Organisation Africaine de la Propriété Industrielle (OAPI) au Cameroun, est inopérant, l’opérateur ne pouvant pas se prévaloir du dépôt d’une marque internationalement connue et établie.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois × 1 =