Nicodème Habia finalement évacué dans une clinique privée au quatorzième jour de sa grève de la faim.

0
224

C’est  à bord d’une ambulance de la clinique Biasa que Nicodème Habia, qui entamait son quatorzième jour de grève de la faim, a  quitté  Lomé vers Accra mais  l’ambulance ne réussira pas à   franchir  la frontière d’Aflao.   Elle reviendra à la clinique  Biasa où, l’opposant recevra des soins.

Jusqu’alors, il avait systématiquement refusé toute évacuation vers les cliniques de la capitale, malgré les recommandations des médecins venus l’ausculter, et l’empressant de mettre fin à son initiative. Pour le Dr Georges-William Kuessan, le leader du parti les Démocrates était affaibli après presque deux semaines sans s’alimenter, et il y avait des risques réels que son pronostic vital soit engagé.

Une  polémique s’était installée entre la C14 et le gouvernement, après que Jean-Pierre Fabre ait soutenu hier chez nos confrères de Victoire FM qu’un avion médicalisé affrété par  le Ghana pour évacuer le gréviste de la faim, avait essuyé un refus d’atterrissage par les autorités togolaises.

Intervenant sur la même radio ce matin, le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, le général YarkDamehame a apporté la version officielle. Selon lui et contrairement aux déclarations du président de l’ANC, l’avion avait bien atterri. Mais il accuse les Ghanéens d’avoir pris cette initiative sans avoir reçu préalablement l’accord du Togo. Ce qui l’aurait fait avorter.

COMEDIE.

Si l’initiative de l’ancien député a mobilisé quotidiennement une dizaines de personnes venues lui manifester leur soutien devant l’ambassade du Ghana où il avait élu domicile, elle a été plutôt raillée par ses adversaires. De fait, le général Yark Damehame a qualifié de comédie la grève de la faim de l’ex lieutenant de Gilchrist Olympio. Il l’a enjoint à laisser la justice suivre son cours au sujet des dossiers à l’origine de sa privation d’alimentation . Deux jours plutôt, c’est le ministre de la Fonction publique, Gilbert Bawara qui qualifiait l’initiative de « plaisanterie » dont seul monsieur Habia détiendrait  les vraies motivations.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq − 1 =