Accueil A la une « PROGRAMME EXCELLENCE JEUNES » : UN PARI AUDACIEUX POUR LA...

« PROGRAMME EXCELLENCE JEUNES » : UN PARI AUDACIEUX POUR LA FORMATION DES ELITES DE DEMAIN

0
628

Dans la série d’articles consacrés à l’éducation nationale au lendemain de la rentrée scolaire 2016-2017, FOCUS INFOS fait un gros plan sur le « Programme Excellence Jeunes ». Il s’agit d’un ambitieux projet de formation de l’élite de demain lancé en 2011 et dont les promoteurs ont dressé le bilan le 20 octobre dernier à l’hôtel Sancta Maria à Lomé.

Devant les autorités publiques, les partenaires, les sponsors et la presse, les initiateurs du programme ont dressé un bilan très positif des 5 ans du programme, marqués par des parcours brillants voire exceptionnels dans certains cas, de la cinquantaine d’étudiants bénéficiaires.  Pour Didier ACOUETEY, le président du Réseau de l’Excellence, porteur du programme, ces performances encourageantes démontrent la pertinence de leur démarche mais surtout, assurent que « demain semble rempli de challenges passionnants pour les jeunes africains. »

Le ministre de l’Enseignement supérieur Octave Nicoué BROOHM a quant à lui, salué le PEJ comme une référence en matière de création d’un environnement éducatif d’excellence, qui lui vaut d’être soutenu par le gouvernement : «  vous avez notre  totale adhésion «  a-t-il lancé aux responsables du programme.

Le   secrétaire général du réseau, monsieur Jonas DAOU, a plaidé pour une meilleure adéquation entre la formation et l’emploi, relevant que les efforts en matière d’éducation et de la promotion de l’excellence seraient vains s’ils ne correspondent pas aux besoins du marché de l’emploi. En écho,  le Directeur général de l’Agence nationale pour l’Emploi (ANPE), M.  Bruno Amoussou a assuré  au cours de la rencontre une communication  sur  le thème : « le défi de l’emploi des jeunes, quelles solutions ».

PROMOTION DE L’EXCELLENCE : 

Tout part d’un pari presque fou, à tout le moins audacieux d’un groupe de cadres africains qui se considèrent comme des afro-optimistes : sélectionner des brillants jeunes bacheliers en Afrique, issus de milieux modestes et en faire l’élite de demain.  Nous sommes en 2010.  Un an plus tard, le PEJ voit le jour, grâce à la constitution d’une association dénommée Réseau pour l’Excellence. Autour de Didier ACOUETEY, Président du groupe AFRICSEARCH et premier responsable du réseau, il y a Jonas DAOU DG de Sodigaz et de Kapi Consult,  secrétaire général, Georges KAVEGE, Directeur des Assurances du groupe ECOBANK, chargé de mobilisation des fonds  ou encore Bertin KINVI, chargé des partenariats académiques. Il faut citer également d’autres  cadres comme Jean-Luc VOVOR Me Maximilien AMEGEE, Philippe de SOUZA ou encore Sophie EKOUE.

En 5 ans, plus de 50 jeunes ont intégré le PEJ et brillent dans les meilleurs universités du continent africain, avec pour ambition de relever, à l’issue de leur formation, le défi du développement de l’Afrique. Selon le rapport disponible, les résultats des étudiants, à quelques exceptions près, sont en ligne avec les objectifs du programme. Ainsi, ils  font partie des mieux classés de leur classe dans tous les programmes où ils sont inscrits. A titre d’exemple, 4 sur 6 étudiants inscrits à l’université  de Cap Town en Afrique du Sud, figurent sur la DeanMerit’s List, le  tableau d’honneur de l’université, une vraie fierté pour le PEJ et le Togo.  De même tous les étudiants inscrits à l’UCAO à Lomé ont validé avec brio tous leurs crédits et sans besoin de reprise de matière et il en est de même au CESAG de Dakar, et au 2iE au Burkina-Faso. Les étudiants en médecine à l’UFR de Thiès et à l’université de Lomé ont également validé tous leurs crédits et figurent parmi les meilleurs de leur établissement.

La seule étudiante du PEJ inscrite à l’EAMAU à Lomé est également considérée comme une des plus brillantes étudiantes prometteuses de l’école.  Sur la cinquantaine d’étudiants recrutés, les seuls regrets concernent trois jeunes, exclus l’un pour indiscipline et les deux autres pour absence de résultats. «  Ce qui démontre le caractère rigoureux aussi bien de la sélection que du suivi, avec une obligation de résultats » commente un membre du réseau.

Au total, les étudiants se répartissent dans différents pays dont le Togo, le Burkina Faso, le Sénégal, l’Afrique du Sud et suivent des cours dans des   filières comme le génie civil, les mines et carrières, la médecine et la pharmacie, la finance et la comptabilité/gestion, le droit privé et des affaires, l’ingénierie informatique, électrique et mécanique, la gestion des ressources, les mathématiques et l’informatique, l’architecture.

Les universités au programme sont notamment le Centre Africain d’Etudes Supérieures en Gestion (CESAG), l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement ( 2iE), l’Institut Supérieur de Management, l’Unité de Formation et de Recherche des Sciences de la Santé de Thiès, l’EAMAU pour les études d’architecture, l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest ( UCAO) etc….

COMMENT CA MARCHE : 

La sélection des étudiants se fait sur la base de critères d’excellence, dont une moyenne constante trimestrielle d’un minimum de 13/20 depuis la classe de 3è, l’obtention du baccalauréat avec mention, la rédaction de sujets de réflexion. A la fin du processus, ils subissent un Grand oral, puis reçoivent une formation aux grands enjeux de l’Afrique et du monde des travaux de groupe.

Le Réseau fournit aux étudiants sélectionnés un  soutien et un accompagnement pour accéder à des écoles de référence ou d’excellence sur le continent. L’accompagnement comprend entre autres : une prise en charge des frais d’inscription, une bourse de subsistance, une prise en charge des frais de logement et celle des frais de voyage.

Pour financer le projet, les promoteurs font appel à des dons provenant essentiellement  d’institutions et d’entreprises.

A ce jour, ils ont réuni près de 400.millions de francs CFA , dont  de gros contributeurs comme la Présidence de la République avec 210 millions FCFA , la Société Nationale des Phosphates du Togo  ( SNPT)  100 millions FCFA , TOGOCEL 50 millions FCFA , MOOV-TOGO 10 millions FCFA , la Banque Ouest Africaine de Développement 5 millions FCFA , la Compagnie Energie Electrique du Togo ( CEET)  5 millions FCFA ,  TOGO TELECOM 3 millions FCFA , le Consulat de Slovaquie 500.000 FCFA, la Société Générale d’Intermédiation  ( SGI) 500.000 FCFA etc. Auxquels il faut ajouter l’apport et les cotisations des membres du réseau.

Commentaire

Commentaires

AUCUN COMMENTAIRE