Tchakpélé : ‘(…) pour qu’ensemble nous puissions remporter de nouvelles victoires sur les défis que connaît encore notre système éducatif’

0
918

Les élèves togolais ont effectué ce lundi 24 septembre la rentrée des classes pour le compte de l’année académique 2018-2019. A la veille, le ministre des Enseignements Primaire, Secondaire et de la Formation professionnelle, Pr. Komi Paalamwé Tchakpélé, a appelé les acteurs du monde éducatif à plus de sérénité.

D’entrée, le ministre a témoigné toute sa gratitude et la reconnaissance de toute la communauté éducative au chef de l’Etat, Faure Essozimna Gnassingbé, pour l’intérêt qu’il ne cesse d’accorder au secteur de l’éducation et surtout pour son implication personnelle dans la recherche de solutions aux crises qui ont émaillé l’année scolaire 2017-2018.
‘La grande famille éducative togolaise lui est particulièrement reconnaissante pour son implication personnelle très remarquée et pour les orientations avisées qu’il n’a cessé de prodiguer aux membres du gouvernement pour le dénouement des crises qui ont émaillé l’année scolaire 2017-2018’, a-t-il déclaré avant d’ajouter que ‘chacune des personnes qui s’investissent en faveur de l’éducation de notre jeunesse représente un rouage essentiel à la réalisation de notre mission, et participe aux efforts du gouvernement pour offrir à nos enfants un parcours de réussite, d’ascension et d’inclusion sociale. A tous et à chacun, je tiens à exprimer toute notre admiration et toute notre reconnaissance’

Enfin le ministre a félicité et rendu un hommage aux enseignants. ‘Les enseignants togolais ont toujours étonné et forcé l’admiration de tous les observateurs, par leur capacité à se mobiliser au-delà de toute épreuve, et à se sacrifier, pour préserver la primauté et la pureté de notre mission commune, celle de former et d’éduquer’, a-t-il déclaré.

Le ministre s’est réjoui également du triomphe de l’esprit de dialogue et de concertation qui a prévalu entre les acteurs du monde éducatif et permis la signature du protocole d’accord relatif au secteur de l’éducation nationale, ainsi que l’adoption du statut particulier des enseignants. De façon particulière le gouvernement a consenti en faveur des enseignants, un plaidoyer pour la sanction du budget de l’éducation pour l’année 2018, afin de permettre notamment les recrutements prévus des enseignants, et pour un accroissement des investissements et des ressources budgétaires alloués au secteur de l’éducation nationale.

Le gouvernement veut également revaloriser les primes des enseignants pour un montant d’un milliard de francs (1 000 000 000F) CFA, en 2018, de deux milliards de francs (2 000 000 000F) CFA pour l’année 2019, en plus des augmentations intervenues antérieurement.
De même, il est prévu l’institution, à partir de 2020, d’un cadre de dialogue et de concertation entre le cadre de dialogue et de concertation entre le gouvernement et les acteurs du système éducatif, afin d’examiner, de manière participative, les prévisions de dépenses budgétaires du secteur de l’éducation et les allocations de ressources pour faire face à l’ensemble des défis et besoins.

Le ministre a aussi réaffirmé la volonté du gouvernement de mettre en œuvre les mesures et les engagements adoptés, depuis janvier 2017, en faveur de l’enseignement confessionnel, notamment en ce qui concerne l’amélioration de la subvention de l’Etat, l’intégration de l’indemnité forfaitaire de vingt mille francs (20.000F) CFA et la signature de la convention régissant les relations entre l’Etat et les confessions religieuses en matière d’enseignement confessionnel.

Pour une année scolaire apaisée, le ministre rassure : ‘je puis vous assurer que le gouvernement, pour sa part, ne ménagera aucun effort pour créer toutes les conditions d’une concertation permanente et réussie pour qu’ensemble nous puissions remporter de nouvelles victoires sur les défis que connaît encore notre système éducatif’.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

cinq × 2 =