TOGOCOM OUVRE SON CAPITAL

0
336

Au terme du communiqué publié à l’issue du Conseil des ministres de ce 03 octobre, le gouvernement a adopté un projet de loi portant autorisation du transfert au secteur privé d’une participation de l’Etat au capital de la société Holding Togolaise des Communications Electroniques (TOGOCOM). C’est une étape importante franchie par les autorités togolaises dans leur volonté d’initier des réformes structurelles de l’économie en incluant le secteur privé comme le prévoit  par ailleurs le Programme National de Développement (PND).

Pour le gouvernement, l’ouverture du capital de TOGOCOM obéit à une cohérence stratégique : elle devrait permettre à la holding  de se doter des moyens nécessaires à la réalisation de ses ambitions, grâce à la consolidation de  sa capacité d’investissement et au  bénéfice  des dernières innovations en matière de TIC pour développer de nouveaux segments de croissance.

L’ouverture du capital est par ailleurs  primordiale au regard de la nouvelle dynamique dans laquelle entend s’insérer la nouvelle entité pour assumer pleinement ses missions de stimulateur de la croissance, a précisé le Ministère de l’Economie numérique.  Au surplus, cette opération devra a pour ambition d’accélérer  le développement et les investissements dans le secteur des télécommunications, offrant ainsi une meilleure qualité de service et des prix très compétitifs, au bénéfice des populations et des entreprises, tout en soutenant la stratégie de développement du pays.

Le gouvernement assure que l’opération sera réalisée  dans le cadre d’un appel d’offres international ouvert, neutre, transparent et non discriminatoire, en une ou plusieurs tranches.

SAVOIR-FAIRE INTERNATIONAL:

Lors de l’annonce de la création de TOGOCOM, un expert béninois que nous avions consulté et dont l’avis avait été publié dans FOCUS INFOS N°187 du 16 août 2017, relevait quel’une des faiblesses de la transformation résidait dans le fait qu’elle ne faisait pas état de la participation au capital d’acteurs internationalement connus, qui pourraient apporter un savoir-faire et une gouvernance  susceptibles de faire réussir la réforme.

En effet, indiquait-il, le cas de la SONATEL au Sénégal est édifiant. Filiale d’Orange, la Sonat le qui est la première capitalization boursière de la BRVM a à son tour de table des actionnaires locaux. Elles est présente au Sénégal, au Mali et en Côte d’Ivoire. La vision locale de son management et les standards internationaux du groupe auquel il appartient font sans doute partie des ingrédients de son success. En choisissant la bourse pour se financer, la Sonatel se soumet à une exigence de transparence qui contribue à sa meilleure gouvernance. Les différentes entités dont le gouvernement avait annoncé la création semblait financées uniquement et totalement par des capitaux publics. Ce qui pouvait faire craindre les mêmes dérives que celles qu’ont connues Togocel et Togo Télécom dans leur gouvernance. La décision du Conseil des ministères de ce 03 octobre est donc une réponse à ces inquiétudes.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

dix-sept + dix =