Université de Lomé:Le choix du label de qualité

0
897

Le 11 mai 2016, par décret pris en Conseil des ministres, le gouvernement faisait le pari de confier les rênes de l’Université de Lomé ( UL) à un jeune agrégé de Droit, de moins de quarante (40) ans, dont les compétences académique

s font autorité et qui a fait ses bonnes preuves à la direction du Centre de Droit Public et comme vice-doyen de la Faculté de Droit. Deux ans plus tard, au moment où des enseignants-chercheurs lancent un mouvement de grève, FOCUS INFOS fait le bilan de la présidence du Professeur (Pr) Dodzi Komla Kokoroko qui, en péroraison de sa prise de fonction, s’était engagé à hisser cette institution académique au niveau des normes et standards internationaux.

Interrogé sur son programme d’actions alors qu’il venait de s’installer dans les locaux de la présidence de l’UL sise dans l’enceinte du ly

cée de Lomé (une anomalie en voie de correction), le Pr Dodji Kokoroko avait soutenu que « les grandes exigences portent les grandes réussites, mais exiger sans planifier n’est que ruine du développement ». De fait, ses ambitions et celles de son équipe ont été consignées dans le Plan directeur de développement adopté le 26 juillet 2017 dont les axes essentiels tournent autour du développement spatial maitrisé de l’Université de Lomé, d’une offre de formation diversifiée, adéquate et attractive, d’une recherche de qualité en réponse aux enjeux socio-économiques, d’une vie universitaire épanouie dans un cadre bien aménagé, d’une matérialisation du service à la communauté ainsi que d’une gouvernance institutionnelle moderne et efficace.
La mise en œuvre de ce plan permet aujourd’hui la transformation remarquable et perceptible de l’UL, à travers des réalisations majeures au service de la communauté universitaire.

Réaménagement des infrastructures, des réseaux et des espaces

Face à la double usure du temps et de l’usage, la situation infrastructurelle de l’UL était devenue critique, de l’avis de tous les acteurs. Aussi, la nouvelle équipe dirigeante a-t-elle mis au cœur de son agenda, la rénovation et la construction de nouvelles infrastructures modernes. « Quand le béton va, tout va ! » explique un proche de Dodji Kokoroko.
Aux réalisations, ont été alliées rénovation, innovation mais également sécurisation.

Les réalisations ont rimé avec rénovation, innovation et sécurisation. Ainsi, tous les amphis, salles de cours et bâtiments administratifs ont été réfectionnés : badigeonnage systématique, carrelage et réfection/réparation des sièges. Un système de sonorisation dans les amphithéâtres pour permettre le déroulement des enseignements dans de bonnes conditions d’écoute a été mis en place tandis que le restaurant universitaire connaissait une seconde vie dans un cadre plus attrayant et plus sain.

Il faut noter aussi la reprise des travaux du siège de la nouvelle présidence de l’UL dont la livraison est prévue pour le 1er juillet 2018, la poursuite et l’achèvement en octobre 2018 du second amphi de 1500 places ainsi que le démarrage de la rénovation de l’emblématique Cité A, logement des étudiants.

Pour relever le défi sécuritaire et sanitaire, plusieurs travaux ont été réalisés dont l’achèvement de la clôture du domaine universitaire pour offrir un cadre sécurisé à la communauté universitaire (3000 mètres linéaires), la pose des grilles de sécurité aux entrées principales des facultés, écoles, instituts et services centraux, la formation et l’équipement du COPUL aux fins de sécuriser les biens et les personnes au sein de l’Université, la construction de deux guérites de sécurité aux entrées sud et ouest ou encore la mise en place d’un système de gestion et de traitement des ordures.

L’innovation promise par la nouvelle présidence dans les infrastructures s’est par ailleurs matérialisée avec la pose de la première pierre de la Maison de l’Étudiant, celle de plus de 900 bancs et tables reposoirs en béton armé pour la communauté estudiantine, la construction de trois nouvelles agoras de 312 places chacune, le bitumage de routes au campus Nord et Sud, l’aménagement des pistes et le désherbage de toute la surface du domaine universitaire et le lancement de deux blocs sanitaires modernes aux normes internationales incluant l’accès aux personnes à motricité réduite.

Redynamisation de la vie universitaire

La vie étudiante est au cœur de l’agenda universitaire. Le paradigme proposé est construit autour de la responsabilisation des étudiants et l’appropriation de l’espace universitaire dans une vie de campus. En effet, en contribuant au développement de l

leur université, les étudiants deviennent acteurs de la société à part entière. La présidence de l’Université a conséquemment œuvré à la mise en place d’un cadre favorable à l’implication responsable des étudiants dans la construction de leur avenir. Des actions clés ont également été menées dans le but de permettre le plein épanouissement de ceux-ci. Notamment : la création d’un Cadre Permanent d’Échange Universitaire à l’Université de Lomé (CPEU-UL), la connectivité gratuite à l’internet haut débit sur le campus universitaire, la mise en place d’une Commission d’évaluation du LMD, la mise en place d’une commission de réflexion sur l’institution d’une assurance obligatoire pour les étudiants, la mise à disposition, sur le budget 2018, d’un fonds spécial pour soutenir les actions des associations et mouvements d’étudiants agréés et du collège des délégués généraux de l’UL , l’instauration d’un bilan médical obligatoire pour les étudiants inscrits à l’UL, le renouvellement du matériel roulant de certaines facultés, directions et services centraux, l’équipement du Centre des Œuvres Universitaires de Lomé en lots de médicaments.

Série de conventions signées

– Contrat de partenariat entre l’Université de Lomé et TOGO CELLULAIRE;
– Protocole d’accord entre l’Autorité de Réglementation des secteurs des Postes et de Télécommunications (ART&P) et l’Université de Lomé ;
– Accord-cadre de coopération entre la Communauté Electrique du Bénin (CEB), l’Université de Lomé (UL) et l’Ecole Polytechnique d’Abomey-Calavi (EPAC)/Bénin ;
– Convention de partenariat entre l’Université de Lomé et la Société FAN MILK TOGO du Groupe DANONE ;
– Protocole d’accord de partenariat entre la Chambre nationale des notaires du Togo (CNNT) et l’Université de Lomé ;
– Protocole d’accord de partenariat entre la Chambre nationale des huissiers de justice du Togo (CNHJ-TOGO) et l’Université de Lomé ;
– Convention de partenariat entre le Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche du Togo, le Ministère de la Santé et de la Protection sociale, l’Université de Lomé et la Fondation Pierre Fabre ;
– Convention de partenariat entre l’Université de Lomé et la Société TOTAL TOGO ;
– Accord de Partenariat entre l’Université de Lomé (UL) et l’Association Togolaise pour le Bien-être Familial (ATBEF) ;

– Accord de Partenariat entre l’Université de Lomé (UL) et Global Synergy Consulting Microsoft ;
– Convention de partenariat entre l’Université de Lomé et l’ONG AIMES-AFRIQUE ;
– Protocole d’Accord entre le Conseil national des patrons de presse (CONAPP) et l’Université de Lomé ;
– Contrat de partenariat entre la Société PLAN A ENERGY (France) et le Laboratoire de Recherche Forestière (LRF) de la Faculté des Sciences de l’Université de Lomé ;
– Contrat de partenariat entre la Société BIOMATOGO (Togo) et le Laboratoire de Recherche Forestière (LRF) de la Faculté des Sciences de l’Université de Lomé ;
– Convention de coopération entre le Centre d’Etudes Linguistiques et Historiques par Tradition Orale (CELTHO) et l’Université de Lomé.

Ces différents partenariats permettent désormais à l’UL d’améliorer ses capacités de recherche, de professionnaliser ses filières, d’accroitre ses ressources propres et de mieux se projeter dans son environnement. Il a, du reste, été créé, pour le compte de l’institution universitaire, la Cellule d’Appui à la Mobilité, en abrégé CAM-UL. Cette dernière exerce en étroite collaboration avec les partenaires de l’Université de Lomé répertoriés à la Direction de l’Information, des Relations extérieures et de la Coopération (DIRECOOP) de l’Institution.

La confiance des partenaires s’inscrira également dans des formations ponctuelles et adaptées aux travailleurs des différentes entreprises dans le cadre du Centre de Formation Continue (CFC) alliant l’expertise des compétences universitaires à l’expérience des professionnels.

La présence de l’UL se marque par plusieurs projets allant de l’économie bleue avec le nouvel Institut des Métiers de la Mer (I2M) en partenariat avec le Port autonome de Lomé (PAL) et Africa Consulting Leaders (ACL) à la formation des journalistes avec l’Institut des sciences de l’Information, de la Communication et des Arts (ISICA) dans le cadre du projet PROFAMED.

 

Gestion modernisée des filières et parcours de formation

La recherche universitaire

Renforcement des ressources humaines et gouvernance universitaire

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

trois × 5 =