14 000 jeunes togolais issus des milieux pauvres bénéficieront du projet THIMO

0
226

Victoire Tomégah-Dogbé, ministre du développement à la base  accompagnée  de la représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, Hawa Cissé wagué   a procédé jeudi  16  mai à Hétsiavi-canton de Zafi- dans la préfecture de Yoto  au lancement des travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO).

Financé par la Banque mondiale dans le cadre du projet d’opportunités d’Emploi pour les jeunes vulnérables (EJV) dans sa composante 1-volontariat communautaire et formation- à hauteur de  5,1 milliards de F Cfa,  il bénéficiera à  14.000 jeunes (hommes et femmes) togolais, âgés de 18 à 35 ans, handicapés ou non, déscolarisés ou non-scolarisés, en situation de pauvreté, issus de 200 villages des 150 cantons les plus pauvres du Togo.

Selon  Mazalo Kadanga, directrice de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la base (ANADEB) qui exécute le projet,   les jeunes  ciblés  vont participer à des travaux à haute intensité de main-d’œuvre (THIMO) qui caractérisent la phase de volontariat communautaire à laquelle, ils sont appelés.
Ils percevront à ce titre, souligne-t-elle,  la somme de 15.000 francs CFA chaque dix (10) jours de travail, et ce, durant quatre (04) mois.   Ils bénéficieront également au cours de leur mission de volontariat, des formations sur le développement d’affaires et sur les compétences de vie.

Ce projet, a laissé entendre la ministre Dogbé, « traduit la volonté du Chef de l’Etat d’apporter une réponse adéquate au problème de chômage qui entrave le développement socioéconomique du Togo ».   « Sa grande particularité est qu’il cible  les jeunes des milieux ruraux  qui n’ont pas accès au programme  de volontariat d’engagement citoyen qui se déroule dans les villes.  Mis ensemble, ces différents  projets concourent au même idéal de développement où personne n’est laissée sur le côté de la route, ils concourent à un modèle de développement où aucune femme ne doit mourir en donnant naissance à un bébé…. »,  a affirmé Victoire Toméga-Dogbé.

Pour une durabilité du projet et un impact positif sur les communautés, elle a exhorté  « les bénéficiaires à s’engager d’avantage dans les différentes composantes dudit projet, à s’unir et à prier pour que la paix et le développement règnent au Togo ».  Ce projet EJV, poursuit-elle, « offre un cadre sérieux d’accès à des emplois temporaires rémunérés pour nos jeunes dont la force de travail est très admirable, mais jusqu’ici  valorisé ». «  Il constitue également l’opportunité d’accès à des renforcements de capacités qui sont le socle du progrès que nous voulons pour notre pays », a-t-elle lancé.

« Je suis très contente de constater des avancées significatives du projet EJV. Après avoir écouté  des témoignages des jeunes bénéficiaires de ce programme au Nord du pays, je suis convaincue que les résultats seront bientôt atteints avec succès. Je réitère le soutien sans faille de mon institution à accompagner le Togo dans ses différents projets de développement communautaire, notamment le programme national de développement (PND) qui scelle notre partenariat actuel », a  déclaré de son côté, la Représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, HAWA Cissé Wagué.

Notons que le  Projet EJV est financé sous forme de don (IDA : 1730) par la Banque mondiale à hauteur de neuf (09) milliards de francs CFA, incluant, en dehors du volontariat communautaire et des formations, la composante 2 : « Appui aux activités génératrices de revenus » d’un coût total de 1,5 milliard de francs CFA destinés à soutenir le démarrage ou l’extension des activités génératrices de revenus d’au moins 10.000 jeunes bénéficiaires qui auront terminé avec succès leur parcours de volontariat communautaire.

Commentaire

Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

quatorze − 5 =