1er mai : le ministre Bawara échange avec les centrales syndicales

0
888
1er mai
Ahoro Amakoue, porte-parole CCST (G) Gilbert BAWARA, ministre de la fonction publique, du travail et de la réforme administrative (C) et Coami Tamegnon, le président du CNP (D)

La journée internationale des travailleurs se célèbre cette année dans le contexte d’exception imposée par la crise au Coronavirus. Ce vendredi, à Lomé, la fête du 1er mai a été marquée par une rencontre symbolique entre les responsables des centrales syndicales et le ministre du Travail, Gilbert Bawara. Et, les doléances des travailleurs ont donc collé à l’actualité de l’heure dominée par la pandémie du Covid-19.

Manifestation exceptionnelle du 1er mai à Lomé, mais le fond de la tradition est resté le même. Les travailleurs togolais ont fait part de leurs besoins aux employeurs ainsi qu’à l’état; par la voie de leurs centrales syndicales. Ceci, dans l’optique d’une amélioration de leurs conditions de vie et de travail.

En effet, la crise sanitaire du Covid-19 a imposé partout la mise en place de mesures draconiennes. Ce qui entraîne des conséquences économiques et sociales. Ahoro Amakoue, porte-parole de la coordination des centrales syndicales du Togo (CCST) s’est félicité de la proactivité du Gouvernement face à cette situation inédite. Il a exhorté les autorités togolaises à poursuivre ses efforts pour le bien-être de la population et la sauvegarde des activités économiques.

Outre ces félicitations pour la lutte contre le Covid-19, le porte-parole de la CCST a adressé plusieurs requêtes au gouvernement. Il s’agissait, entre autres, d’une implication des partenaires sociaux dans la lutte ; une assistance aux couches vulnérables ; la garantie des salaires aux travailleurs du secteur privé et un meilleur accompagnement au personnel de santé.

Au cours de la rencontre, le Patronat Togolais s’est également félicité des actions du gouvernement pour accompagner les entreprises vigoureusement secouées par la crise. À en croire Coami Tamegnon, le président du Conseil National du Patronat du Togo (CNP): « d‘ores et déjà, nous anticipons l’atténuation ou mieux encore la fin de cette crise sanitaire. C’est l’occasion ou jamais de faire jouer les leviers du dialogue social afin de rechercher les options les plus propices pour endiguer les conséquences néfastes de l’impact de la pandémie ».

Le ministre Bawara, en réponse, a affirmé l’engagement du gouvernement à plus d’écoute et de dialogue. Dans le cadre de la célébration du 1er mai, il a également convié tous les travailleurs au respect systématique des gestes barrières en ces moments difficiles.

Clément Gado