5è Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH5) : Ce qu’il faut savoir

0
35

Les opérations de dénombrement dans le cadre du Recensement général de la population et de l’habitat (RGPH5) ont démarré ce 24 octobre pour trois semaines.  Elles sont le 5è genre après celles de 2010, 1981, 1970 et 1960. Selon le Gouvernement, elle permettra  de recenser tous les individus quels que soient leur nationalité, âge, sexe, les logements etc… afin de collecter des informations susceptibles de mieux orienter ses politiques économiques et sociales. Recensement, mode d’emploi.

Qui recense-t-on ?

Tous les individus quels que soient leur nationalité, âge ou sexe et leurs logements, établis sur le territoire national.

Est-il obligatoire de se faire recenser ?

Oui, si l’on se fie aux dispositions de l’article 12 de la loi N°2011-014 portant organisation de l’activité statistique au Togo, qui précisent  que « les personnes physiques et morales sont tenues de répondre, avec exactitude, à tous les questionnaires des enquêtes et recensements statistiques prévus dans le programme statistique national »

Qui organise le recensement ?

L’Institut National de la Statistique et des Etudes Economiques et Démographiques (INSEED.), à la différence du recensement électoral opéré par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), ou le recensement fiscal qui est exclusivement géré par l’Office togolais des recettes (OTR)

Comment ça va marcher ?

Les agents recenseurs identifiables par leurs badges et gilets passeront de maison en maison, munis de tablettes équipées de GPS pour la collecte des données qui sont ensuite transmises directement sur un serveur.

Combien de personnes sont mobilisées pour cette opération ?

Sont mobilisés 10671 agents recenseurs, 2850 chefs d’équipe, 756 agents collecteurs et 50 superviseurs.

Qui finance le projet ?

C’est le gouvernement togolais, soutenu par des partenaires techniques et financiers, notamment la Banque mondiale, le Système des Nations-Unies, le PNUD, l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), l’UNICEF, la GIZ, la Commission économique pour l’Afrique des Nations-Unies (CEA) ou encore l’UNFPA qui est le chef de file.

A quoi cela sert le recensement ?

Il fournira au Gouvernement les informations utiles et pertinentes l’État  pour l’amélioration des  conditions de vie des populations dans les différents secteurs notamment l’éducation, l’emploi, la santé, l’accès à l’eau potable et à l’énergie, les infrastructures, l’assainissement etc….

L’état disposera  des indicateurs nécessaires au suivi et à l’évaluation des agendas nationaux tels que la feuille de route gouvernementale 2020-2025 et les agendas internationaux notamment les ODD, l’agenda 2063 de l’Union africaine, etc.

Grâce au recensement, les pouvoirs publics connaîtront  par ailleurs  la situation sociale de la population, y compris celle des populations vulnérables, notamment les personnes vivant avec un handicap, les orphelins, les personnes âgées et les femmes à des niveaux géographiquement désagrégés. De plus, le RGPH-5 va apporter des réponses aux questions de développement et de lutte contre la pauvreté.

Pour toutes ces raisons, nous sommes tous appelés à nous faire recenser.