Afrique Sud – corruption : le procès de Jacob Zuma aura bel et bien lieu

0
831
Jacob Zuma
Jacob Zuma, l'ex-président sud-africain. Photo: Paris Match

Le procès de Jacob Zuma débutera ce mardi à Pietermaritzburg (Afrique du Sud). L’ancien président sud-africain répondra de 18 chefs d’accusation. La justice lui a notifié son refus d’abandonner les poursuites comme le demandait son conseil. M. Zuma est accusé notamment de corruption, de racket, de fraude et de blanchiment d’argent…

L’affaire remonte à 1999. Jacob Zuma est soupçonné d’avoir touché des pots-de-vin du groupe de défense Thales. En cause, un contrat d’armement de près de 4 milliards d’euros. Selon l’accusation, il a été rémunéré pour éviter à Thales des poursuites pour corruption. L’ ami de l’ex-président et conseiller financier Schabir Shaik aurait servi d’intermédiaire. Ce dernier a par ailleurs été condamné pour sa participation à cette affaire à quinze ans de prison depuis 2005.

L’ex-chef d’Etat sud-africain et Thales ont toujours nié les allégations. Invoquant une ingérence politique, l’équipe juridique de l’ancien président avait introduit une demande visant à obtenir une suspension permanente de la procédure de poursuites. Mais selon le juge Willie Seriti de la Haute Cour de Pietermaritzburg, « la demande (…) a été rejetée ». « Il s’agit d’une décision unanime », a-t-il précisé.

Compte tenu du « très lourd dossier » retenu contre Jacob Zuma, le parquet sud-africain maintien cette affaire au nom de « l’égalité » devant la loi. L’ancien président devrait également payer ses propres frais de justice. La Haute Cour de Pretoria avait décidé l’année dernière que l’Etat devait cesser de dépenser l’argent des contribuables pour son litige.

 

Clément Gado