Andy BOME rêve de faire aimer les perles au monde

0
794
Un mannequin avec une collection de Andy Bome

Le gouvernement togolais promeut depuis plusieurs années l’entreprenariat des jeunes et des femmes. Des milliers d’initiatives sont ainsi prises et les plus prometteuses soutenues par les pouvoirs publics. En attendant d’être éligible aux différents mécanismes d’accompagnement, Andy BOME s’est lancée avec les moyens du bord et une seule envie, conquérir le monde avec ses bijoux et ses accessoires de mode.

Elle est communicatrice de formation. Mais à 24 ans, c’est avec les bijoux et les accessoires de mode que vit Andy BOME une véritable passion. De son vrai nom Andy Pouguinimpo BOMBOME, la jeune créatrice consacre la majeure partie de son temps libre aux différentes collections, qu’elle décrit comme chics et modernes. « Je propose à mes clients, des colliers, des bracelets et des boucles d’oreilles tradi-modernes, selon mon inspiration ou la commande » confie-t-elle.

Pour la fabrication de ses articles, Andy fait appel au bead design board (le tableau de bord du design des perles), et utilise plusieurs variétés de perles (anciennes, du corail, de culture, en terre cuite, basiques), ou encore des cristaux etc. Elle révèle être confrontée à des difficultés d’approvisionnement ainsi qu’à la disponibilité du matériel et des matières premières pour ses créations. « Il y a peu d’accessoires ici et lorsqu’ils existent, ils sont trop chers. Je suis obligée de m’approvisionner à l’étranger », indique-t-elle.

Pas de boutique ni de showroom pour le moment. La promotion de ses collections se fait sur les différents réseaux sociaux à savoir Instagram, Facebook et Whatsapp….Elle exploite son réseau d’amis et de connaissances pour écouler ses produits et n’hésite pas à faire de la vente du porte-à-porte.

La jeune créatrice considère que les prix de ses bijoux, « fixés selon la qualité des perles utilisées, le temps qui y a été consacré et surtout selon la créativité », restent compétitifs. Si elle en tire des revenus, Andy BOME préfère relever que la passion reste sa principale motivation. « Mon premier profit n’est pas économique. Il est dans la satisfaction d’avoir apporté de la couleur dans le quotidien des personnes qui viennent vers mes articles », souligne-t-elle.

FIMO 228 :
La qualité des créations d’Andy BOME est déjà reconnue dans le milieu de la mode. De fait, elle fut invitée en 2018 au Festival international de mode 228 de Lomé (FIMO 228). Elle y présenta une collection de bijoux en perles et pierres précieuses de la sous-région dénommée Afropéenne. Une occasion exceptionnelle, un moment inoubliable pour elle. « Exceptionnelle car c’était la première fois où je me faisais connaître du grand public. Je me suis sentie comme un poisson dans l’eau. Une expérience que je n’oublierai jamais » raconte-t-elle.

Un collier en perle confectionné par Andy BOME

Outre le FIMO, Andy a participé à l’exposition «Du Bois Center», et à la vente privée du «Mint Club». Elle fut présente en 2018 au défilé de mode de l’Université de Lomé (U.L) à l’occasion de la semaine étudiante et organisa la même année une vente privée à Accra (Ghana).

Mais son plus grand défi reste celui d’imposer ses créations dans un univers très concurrentiel où se pratique en toute impunité le plagiat, et de convaincre de la qualité de ses produits, les consommateurs souvent hésitants face au prix : « La structuration de mon activité ainsi que l’accompagnement de partenaires financiers devront m’aider à relever ces défis et à vendre davantage mes collections » croit-elle.

D’ici là, Andy BOME ambitionne d’organiser des évènements autour de la valorisation de la culture togolaise, et rêve de faire aimer les perles au monde entier, à tous les âges. « Le tradi-moderne est le concept du moment. Comme les perles ne démodent guère, le tradi-moderne est l’histoire revisitée qui ne meurt jamais » conclut-elle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here

7 − deux =